Distingué par le Syndicat français de la critique, le dramaturge et cinéaste Kirill Serebrennikov encourt six ans de prison en Russie

En France, il a remporté le prix du meilleur spectacle étranger pour une pièce présentée à Avignon en 2019, a indiqué le Syndicat de la critique. En Russie, Kirill Serebrennikov, accusé de détournement de fonds, risque six ans de prison.

Le cinéaste russe Kirill Serebrennikov tient son smartphone des deux mains dans un tribunal de Moscou, à l\'occasion de son audience le 22 juin 2020. Sur son masque, il est écrit \"Tsoi est vivant\" en hommage au rockeur Viktor Tsoï.
Le cinéaste russe Kirill Serebrennikov tient son smartphone des deux mains dans un tribunal de Moscou, à l'occasion de son audience le 22 juin 2020. Sur son masque, il est écrit "Tsoi est vivant" en hommage au rockeur Viktor Tsoï. (VYACHESLAV PROKOFYEV /TASS / SIPA USA)

Kirill Serebrennikov, metteur en scène et figure de la culture contemporaine russe, a remporté le prix du meilleur spectacle étranger pour une pièce présentée à Avignon en 2019. Le Syndicat de la critique, qui distingue chaque année les meilleurs spectacles de théâtre, danse et musique et des personnalités artistiques, a publié son palmarès lundi dans le contexte d'une saison amputée depuis mars en raison de l'épidémie du coronavirus.

Serebrennikov, assigné à résidence en Russie entre 2017 et 2019 pour une affaire de détournement de subventions publiques, a été distingué pour Outside, pièce-hommage au photographe chinois censuré Ren Hang et présentée en son absence au Festival d'Avignon. Le dramaturge a toujours clamé son innocence. Ses partisans estiment qu'il paie la montée en puissance des valeurs conservatrices en Russie, où les artistes sont confrontés à une pression croissante. Ils le disent victimes d'un harcèlement politico-judiciaire visant à le punir de ses prises de position sur l'influence de l'Église et de l'État dans la société russe.

L'artiste de 49 ans, figure du cinéma et du théâtre d'avant-garde, directeur artistique du Centre Gogol de Moscou, est accusé d'avoir détourné au moins 68 millions de roubles de fonds publics (environ 920.000 euros) - ce qu'il dément. Ces accusations ont suscité un tollé dans le milieu de la culture. Les procureurs ont requis six ans de prison à son encontre, a rapporté lundi l'agence de presse RIA.

Syndicat de la critique : les autres lauréats

Par ailleurs, en France, le Syndicat a attribué son Grand Prix Théâtre à Clément Hervieu-Léger, sociétaire de la Comédie-Française et metteur en scène, pour son adaptation d'Une des dernières soirées de Carnaval de Carlo Goldoni aux Bouffes du Nord. Féminines, de la metteure en scène Pauline Bureau et qui retrace l'épopée de la première équipe de France féminine de football, a obtenu le prix de la meilleure création d'une pièce en langue française. Le Grand Prix Danse a récompensé Body and Soul, que la chorégraphe canadienne plébiscitée Crystal Pite a créé pour le Ballet de l'Opéra de Paris, et Une Maison du Français Christian Rizzo, présenté au festival Montpellier Danse.

Le Ballet de l'Opéra de Lyon a été désigné meilleure compagnie de danse. Côté musique et opéra, le meilleur spectacle lyrique de l'année est revenu à une nouvelle production d'Ercole Amante, un opéra du 17e siècle de Francesco Cavalli mis en scène par Valérie Lesort et Christian Hecq et co-produit par l'Opéra-Comique, l'Opéra de Versailles-Spectacle et l'Opéra de Bordeaux.