Dany Boon revient sur scène dans "Huit euros de l'heure" : "Le théâtre c'est un moment unique, c'est l'origine de tout"

Dix ans après "Le dîner de cons", Dany Boon revient au théâtre dans "Huit euros de l'heure", une pièce de Sébastien Thiéry au théâtre Antoine à Paris. Invité de l'émission 20h30 le dimanche, sur France 2, le réalisateur comblé des "Ch'tis" explique les raisons de son retour sur scène.

Dany Boon
Dany Boon (France 2 / culturebox)
Charlot, Tati, Devos. Voilà le monde de Dany Boon. Trois géants, ses trois premières sources d'inspiration. Dany Boon a découvert Devos dans les fameux "Lagarde et Michard" qui ont jalonné notre scolarité. "J'ai découvert l'absurde et le fait de rire avec un texte." Le rêve d'ado s'est concrétisé plus tard lorsque Raymond Devos est allé assister à un spectacle de Dany Boon à Cannes avant de l'inviter à monter sur scène avec lui lors d'un specatcle dans le Nord. "Un moment incroyable" qui a engendré une belle amitié.

La scène, bien avant le cinéma

Aujourd'hui Dany Boon que ses parents imaginaient cheminot revient au théâtre. Il en a été convaincu par Valérie Bonneton qui a été sa première partenaire sur scène il y a 25 ans. Avant même d'écrire son premier film, Dany Boon avait écrit une pièce de théâtre, "La vie de chantier".

Dany le comédien, Dany, le réalisateur et Dany le pianiste. Le père des "Ch'tis" a découvert le piano à 18 ans quand il a choisi de s'en acheter un plutôt qu'une voiture. Un piano saisi par la justice pour un "problème de crédit." Le piano comme illustration d'une ouverture d'esprit à l'instar du dessin que notre homme a également appris.

J'étais dans une école en Belgique où les profs s'intéressaient à l'être et à l'adulte en devenir. Même si j'ai été diplômé d'arts graphiques, ils voyaient que j'étais passionné par la scène, par le fait d'écrire des sketches et donc ils m'ont poussé là dedans... Ma mère ça l'angoissait."

  
Au fil des films et des sketches, Dany Boon est entré dans le cercle des grands acteurs de comédie comme Jacqueline Maillan, Louis de Funès, Bourvil ou Pierre Richard. "Je suis heureux que ma mère soit très fière ainsi que mes enfants, mais je ne me dis pas que je rentre dans un cercle... A une époque où on se referme sur soi, j'adore voyager et passer une frontière en disant : je viens faire rire vos concitoyens".

Ne pas nourrir la bête internet

En cette période d'actualité très dense, Dany Boon est interrogé sur son envie d'engagement : 

Je prends position contre les extrêmes. Je fais des choses avec le Ch'ti Fonds (créé grâce au succès de "Bienvenue chez les Ch’tis" et qui finance des projets à caractère social, médico-social, humanitaire, culturel, de protection et de mise en valeur de l'environnement), discrètement, et je n'aime pas en parler. Quand on a une grande notorité, qu'on a un avis et qu'on le donne ça nourrit la bête qu'est internet et ça devient viral. Viral vient de virus et le virus est une maladie."
 

"Huit euros de l'heure" de Sébastien Thiéry avec Dany Boon et Valérie Bonneton
Mise en scène Stéphane Hillel
Au Théâtre Antoine à partir du 11 janvier 2019