À Amiens, la compagnie Superfluu joue avec les gestes barrières

En répétition au Hangar à Amiens, la compagnie Superfluu a adapté son spectacle "Pour toujours pour l'instant" au contexte sanitaire. Reportage. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le spectacle "Pour toujours pour l'instant" de la compagnie Superfluu.  (FRANCEINFO)

Pas facile d'adapter au contexte sanitaire actuel une pièce qui met en scène le coup de foudre amoureux. C'est pourtant ce qu'a réussi à faire la compagnie Superfluu qui répète actuellement son spectacle "Pour toujours pour l'instant" au Hangar à Amiens. 

Ce spectacle participatif a été joué devant une cinquantaine de professionnels, autorisés à assister à une représentation. La grande farandole de l'amour imaginée par Superfluu a séduit ce public averti. "Rien que de voir un spectacle ça fait du bien, et puis c'est de l'amour", dit une spectatrice. "Que ce soit participatif, c'est vraiment pas mal", juge un autre observateur. 

À Amiens, la compagnie Superfluu joue avec les gestes barrières

"On espère qu'à un moment donné, on pourra recréer quelque chose de plus charnel"

Pour en arriver là, la troupe a imaginé des ruses pour respecter de manière discrète les règles sanitaires. "Il y a quelques astuces qui nous permettent d'inclure les gestes barrières, de faire en sorte que les gens se tiennent par un coeur en métal désinfecté à l'avance au lieu de se tenir par la main", souligne Johnny Seyx, auteur de la compagnie Superfluu.

Un retour à la normale est cependant espéré le plus rapidement possible pour jouer le spectacle de manière plus libérée. "On espère qu'à un moment donné, on pourra recréer quelque chose de plus charnel, de plus humain dans le rapport. Même si on est content d'avoir trouvé des astuces qui fonctionnent bien", poursuit Johnny Seyx. 

Le spectacle "Pour toujours pour l'instant" est notamment à l'affiche du festival La Rue prévu à Amiens du 11 au 13 juin prochain. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.