Le festival "Les Invites" fait office de répétition générale à Villeurbanne, Capitale française de la culture 2022

Du 15 au 18 septembre, le festival d'art de rue "Les Invites" se tient à Villeurbanne, la grande ville de l'est de Lyon. Un avant-goût des festivités qui y seront organisées en 2022 dans le cadre de la Capitale française de la culture. 

Article rédigé par
Camille Belsoeur - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La grande roue du festival "Les Invites 2022".  (Les Invites / Ville de Villeurbanne)

Devant l'immense façade style Art déco de l'hôtel de ville de Villeurbanne, une grande roue bariolée de bleu et de blanc tourne lentement. Devant la masse rectangulaire du bâtiment, la forme circulaire du manège dessine un tableau très géométrique. Des enfants montent vers le ciel avec leurs parents, alors qu'une fanfare joue à tue-tête au pied de l'installation.

Ce 15 septembre, c'est le jour d'ouverture du festival d'art de rue "Les Invites" qui se tient jusqu'au 18 septembre à Villeurbanne. Cette édition 2021 est aussi un préambule à quelque chose de plus grand pour la commune qui a été désignée Capitale française de la culture 2022, comme l'annonce fièrement une grande bâche placardée au centre de la grande roue. 

"Place aux jeunes"

"Quand il y a eu à réfléchir pour cette édition 2021, Villeurbanne avait déjà été désignée capitale française de la culture. Donc j'ai voulu faire des "Invites", une porte ouverte vers 2022", confie Patrice Papelard, l'homme aux deux casquettes. Directeur artistique du festival, il est aussi le directeur des Ateliers Frappaz, le centre national des arts de la rue et de l'espace public de Villeurbanne.  

L'ADN du festival est le même que celui du centre national : créer du lien social par la culture et faire des Villeurbannais des acteurs de l'événement pour ouvrir la culture à des populations qui en sont éloignées. C'est en suivant cette ligne directrice que Villeurbanne a obtenu le prix de capitale française de la culture, loin d'être honorifique puisqu'un chèque d'un million d'euros accompagne le titre distinctif. Dans le cadre du concours, le projet de la collectivité s'appelait "Place aux jeunes". C'est aussi vers ce public que se tourne l'édition 2022 des "Invites". 

Des enfants de Villeurbanne participent à un atelier artistique à base de glaise. (Festival "Les Invites")

"On est dans une ville où il y a une place pour l'autre"

Devant la grande roue, Cédric Van Styvendael, le maire de Villeurbanne, discute avec des habitants. Une femme accompagnée de ses enfants l'interpelle pour lui demander un ticket pour le manège. Le festival est gratuit, mais pour les personnes âgées de plus de 12 ans il faut débourser cinq euros pour faire un tour de roue. "Nous avons distribué 4000 tickets aux commerçants du centre-ville, mais cette femme nous dit qu'un commerçant a refusé de lui en donner, car elle ne faisait pas d'achat", râle le maire, qui promet un ticket à la mère de famille qui va pouvoir accompagner ses enfants. 

"À Villeurbanne, ce n'est pas le monde de Oui-oui. Environ 50% des foyers ne payent pas d'impôt sur le revenu"

Patrice Papelard, directeur artistique du festival

Cédric Van Styvendael ne veut cependant pas résumer le festival à cette grande roue. "Il y a un côté très populaire que j'adore, mais ça ne veut pas dire que l'on veut niveler l'offre culturelle des "Invites". Le quatuor Debussy, un groupe de musique classique, va jouer sur un camion mobile en traversant plusieurs quartiers de Villeurbanne. Nous avons de l'exigence, mais tout en voulant offrir un accès à la culture aux gens qui se disent que "Les Invites" ce n'est pas pour eux". 

Cette éducation populaire à la culture est un credo très important pour Patrice Papelard et les Ateliers Frappaz. "À Villeurbanne, ce n'est pas le monde de Oui-oui. Environ 50% des foyers ne payent pas d'impôt sur le revenu. Il y a aussi une fierté culturelle dans cette ville modelée par l'immigration. Ce n'est pas un hasard si Villeurbanne accueille les premières femmes afghanes. On est dans une ville où il y a une place pour l'autre"

Le géant Tchangara et ses créateurs.  (Ateliers Frappaz)

Les premiers pas du géant Tchangara

L'un des premiers spectacles de cette édition 2021 s'inscrit d'ailleurs dans la thématique des migrations. Accompagné d’une bande-son réalisée à partir d’extraits de discours ou de prises de parole de personnalités, le danseur et performeur camerounais Tejeutsa Zobel Raoul (Snake) explore la question des frontières en exposant son corps aux espoirs, douleurs et obstacles jalonnant le parcours d’un migrant. "C'est un spectacle très fort, un vrai choc qui va interroger les gens", juge le maire Cédric Van Styvendael. 

Autre performance très attendue : le géant Tchangara. Du haut de ses neuf mètres, cette poupée géante ivoirienne déambulera dans les rues de Villeurbanne pendant quatre jours. Une mise en bouche puisque Tchangara reviendra en 2022 pour la Capitale française de la culture. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Théâtre de rue

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.