Les Inconnus en 2013, ça donnerait quoi ?

Les trois humoristes, qui ont parodié le PAF dans les années 1990, font leur grand retour ce soir sur France 2. De qui se moqueraient-ils aujourd'hui ?

Didier Bourdon, Bernard Campan et Pascal Légitimus, le 17 mai 1996 lors du festival de Cannes. 
Didier Bourdon, Bernard Campan et Pascal Légitimus, le 17 mai 1996 lors du festival de Cannes.  ( MAXPPP)

Les Inconnus sont de retour, c'est leur destin. Les trois humoristes des années 1990 ont dévoilé, hier, un premier extrait des Trois frères, le retour, dix-huit ans après un premier long métrage qui a fait sept millions d'entrées et leur a valu un César. Didier Bourdon, Bernard Campan et Pascal Légitimus seront aussi à l'honneur le 28 décembre lors d'une émission spéciale sur France 2. L'occasion de voir (pour ceux qui sont nés après 1990) ou revoir leurs sketchs cultes.

Et ces derniers n'ont pas tant vieilli. Les Inconnus ont raillé la quasi-totalité du PAF, mais aussi le rap, la variété française, les sportifs, les grévistes, le gouvernement, le cinéma tricolore… En 2013, qui passerait à la casserole ?

La TNT

Des émissions intellos d'Arte aux journalistes sportifs d'Antenne 2, en passant par les sitcoms de TF1 et les vieilleries rediffusées en boucle sur M6, la revue des programmes TV des Inconnus, présentée sur scène avant leur spectacle, dézinguait tout le paysage audiovisuel français.

En 2013, c'est la TNT qui en prendrait pour son grade. De plus en plus de chaînes, mais pas forcément plus de choix. Sauf si l'on a envie de se coltiner quatre épisodes de Docteur Quinn, femme médecin d'affilée, les candidats bivalves des émissions de téléréalité ou encore les magazines où témoignent des boulimiques unijambistes et toxicomanes.

Les émissions culinaires

Avec le Père Ducrasse, pas très sensible à la cause animale, les Inconnus se payaient "La Cuisine des mousquetaires", animée par Maïté et Micheline, qui ont aujourd'hui déserté le PAF.

On verrait bien un "Flop chef" ou "Un dîner presque à chier", avec Bernard Campan en Cyril "c'est gourmand" Lignac, accent du Midi compris, ou Didier Bourdon en Norbert "je vais lui décoller les poils, ils vont rester sur le slip" Tarayre.

Les journalistes sportifs

Cultissime, "Cela ne nous regarde pas" raille la "compétenticité" et la "capabilité" des commentateurs sportifs. Mauvaise foi et indiscrétions en sus.

Didier Bourdon serait parfait en Pierre Ménès, roi de l'analyse façon Café des sports, et Bernard Campan incarnerait le Danton du ballon rond, le Don Quichotte des surfaces de réparation, Christophe Dugarry. Un "Café football club" où l'on analyserait la brillante défaite de l'équipe de France au Mondial 2014, "éliminée avec les honneurs", bien sûr. Sans oublier le "Village départ" et ses performances parfois incongrues pendant le dernier Tour de France.

Les chaînes d'info en continu

Les Inconnus n'ont pas fait l'impasse sur les journaux télévisés et leurs spécialistes invités, jamais avares de "suppositions qui restent dans le domaine de l'hypothétique", comme dans "La guerre mondiale dans le monde" et ses analyses de "mirages sol-sol-air-sous-sol M1". Sans oublier la guerre des JT, avec "Audimatch" et la surenchère de l'exclu des 20 heures de TF1 et Antenne 2.

En 2013, ce sont les chaînes d'info en continu qui se tirent la bourre. Les Inconnus auraient de quoi faire avec PFMTV et j-Télé, en raillant les experts interviewés (toujours les mêmes), leurs bulletins économiques (parfois hermétiques) et leurs envoyés spéciaux qui, parfois, n'ont "pas plus d'information, pour le moment".

Booba et Fauve

C'est ton destin, Vice et versa, Auteuil Neuilly Passy, Isabelle a les yeux bleus, Un chagrin d'amour… Ah, la chanson française des années 1990, source intarissable d'inspiration pour les Inconnus, avec des paroles inoubliables comme "un chagrin d'amour, c'est comme ton maquillage le matin au réveil" ou "l'hémorragie de tes désirs s'est éclipsée sous la joue bleue dérisoire du temps qui se passe, contre duquel on ne peut rien".

Mais ce ne sont pas les Inconnus qui ont écrit "que l'ennui est un crime, que la vie est un casse du siècle, un putain de piment rouge, nique sa mère le blizzard". C'est Fauve. Du coup, on attend qu'ils se payent ce groupe de presque trentenaires qui remplit les salles grâce à son mal-être en toc. Et on croise les doigts pour que Pascal Légitimus clashe Booba, ce rappeur qui s'interroge : "Qu'est-ce j'vais faire de tout cet oseille ? Moi et mes kheys on part sur la Lune, amuse-toi bien en Meurthe-et-Moselle."

En bonus, on rêve d'un "Rendez-vous en terre inconnue" façon "Ushuaïa dans ton froc", d'un "Des chiffres et des lettres" en Corée du Nord, ou d'un Vidéokon des sensations YouTube.