Cet article date de plus d'un an.

Le Cirque des Mirages joue "Delusion Club", un cabaret fantastique hanté par un Jacques Brel gothique

Neuvième création du Cirque des Mirages depuis 2000, "Delusion Club", récital de chansons originales du duo Parker et Yanowski, est un cabaret d'humour noir, d’histoires sombres et grotesques que l’on croirait sorties de l'imagination d'Edgar Poe. A ne pas rater, au Théâtre La Scène Parisienne jusqu'au 16 novembre.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Cirque des mirages interprète "Desilusion Club". (DR)

Duo d’auteurs-interprètes et d’acteurs, le Cirque des Mirages réunit Yanowski et Parker, à la tête d’un spectacle sulfureux et ludique, Delusion Club, frémissant et drôle, dans la meilleure tradition du cabaret. Ils occupent jusqu’au 16 novembre le nouveau théâtre La Scène Parisienne, anciennement Les Feux de la Rampe, totalement rénové et à la programmation diversifiée.

Entre Jacques Brel et Vincent Price

Entrez, entrez dans le Delusion Club ! Un lieu très fermé, réservé aux figures les plus improbables : s’y croisent voyageurs sans bagages, doubles personnalités, écrivains fous, ventriloques…. Et si vous êtes dans la salle, c’est que vous n’êtes pas très éloignés d’eux. Le Delusion Club est l’endroit où la réalité revêt l’étoffe des rêves… ou des cauchemars.

Bienvenue donc dans ce tour de chant mené par Yanowski, dont la puissance d’interprétation l’identifierait à un Jacques Brel gothique. Géant aux bras démesurés, sa stature, ses yeux charbonneux, évoquent l’icône de l’horreur Vincent Price (inspirateur de Tim Burton et qui prêta sa voix sépulcrale au tube Thriller de Michael Jackson). Une expressivité doublée d’une voix d'exception. Les textes, écrits à quatre mains, sont mis en musique au piano par son complice Parker, comme au croisement d’un Requiem et de la musique de cabaret.

Carnaval des horreurs

Les textes racontent des personnages décadents, déviants et criminels sortis du Londres victorien de Jack l’Eventreur, ou d’un Robert-Louis Stevenson (Dr. Jekyll et Mr. Hyde), d’Oscar Wilde (Le Portrait de Dorian Gray), ou de Bram Stoker (Dracula). Mais c’est à l’Américain Edgar Poe (qui vécut à Londres) que l’on pense spontanément. Et notamment à sa célèbre nouvelle Le Cœur révélateur, avec son locataire meurtrier halluciné. On pense aussi à Lovecraft et ses personnages projetés dans quelques villages inquiétants de Nouvelle-Angleterre, théâtres de rites abjects.

Le Cirque des Mirages - "Delusion Club" :  Voix : Yanowski Piano : Fred Parker (Philippe Hanula)

Merveilleux conteurs, Parker et Yanowski nous embarquent dans un carnaval des horreurs, avec des textes trempés de la poésie la plus noire. Elle est pimentée d’un humour du même tonneau, pleine d’ivresse, dont transpire la passion communicative pour le fantastique. Un genre pour lequel Yanowski nous a confié avoir une passion sans limite. Cela se sent, cela s’entend, cela se voit.

L'affiche de "Delusion Club" par Le Cirque des Mirages. (Franck Harscouët)

Le Cirque des Miracles : "Delusion Club"
Voix : Yanowski
Piano : Fred Parker
Du 8 octobre au 16 novembre 2019
Du mardi au samedi, 21h00
Théâtre La Scène Parisienne
34, rue Richer - Paris 9e
Réservations : 01 40 41 00 00

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.