"La cocaïne nous a mis dans cet état" : Pierre Palmade raconte sa rencontre avec celui qui l'avait faussement accusé de viol

L'humoriste affirme que son addiction à la cocaïne l'a mené à cette "mauvaise rencontre", dans des entretiens accordés au "Monde" et au "Parisien". 

Pierre Palmade aux obsèques de Sylvie Joly, le 9 septembre 2015 à Paris.
Pierre Palmade aux obsèques de Sylvie Joly, le 9 septembre 2015 à Paris. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

C'est "l'histoire de trop", selon lui. L'humoriste Pierre Palmade affirme, samedi 27 avril, dans Le Monde et Le Parisien, vouloir mettre fin à ses "problèmes d'alcool et de drogue" après une "mauvaise rencontre" avec un jeune homme qui l'avait faussement accusé de viol. "Voilà où mène mon addiction : une mauvaise rencontre avec des accusations délirantes. C'est l'histoire de trop", estime le comédien dans le quotidien du soir. Il explique avoir "repris de la cocaïne" ce soir-là "après des mois d'abstinence".

L'humoriste et l'homme de 19 ans, Abdel H., ont été placés en garde à vue le 11 avril. La garde à vue de Pierre Palmade a été levée le soir même, car le jeune homme l'a finalement "mis hors de cause". Le faux accusateur est convoqué en octobre devant le tribunal correctionnel de Paris pour être jugé pour usage de stupéfiants et dégradations. "De mon côté, j'ai reconnu ma prise de cocaïne. Je vais avoir une amende et devrai confirmer que je suis en rétablissement", précise l'humoriste.

"C'est une leçon"

Pierre Palmade détaille son récit dans les deux quotidiens. "Je fais la tournée des bars gays pour trouver un partenaire. Je rencontre quelqu’un d’accord pour rentrer avec moi. On boit, on prend de la cocaïne, on couche ensemble de manière très amusante. Puis on commence à s’embrouiller, à se parler mal", relate-t-il dans Le Parisien. C'est à ce moment-là que la situation dégénère selon lui : "Il menace de me détruire en disant que je l’ai drogué et violé. Je ricane. Qui va croire ça ? Ça le rend fou, il se met à tout casser chez moi."

Le comédien affirme avoir été "traumatisé" par cette affaire. "Je crois que j’en veux davantage à la coke qu’au type, c’est elle qui nous a mis dans cet état-là. Elle me gâche la vie depuis l’âge de 20 ans", poursuit-il dans Le Parisien"Cette rechute m'a ramené à la réalité. C'est une leçon (...) Je veux me rétablir, sortir de cette maladie illégale", assure-t-il dans Le Monde. Et de conclure : "Je tourne la page du show-business pour faire ce métier de manière plus paisible."