Jean-Luc Reichmann : "Le bonheur pour moi c'est de donner du bonheur. Plus les gens autour de moi sont bien, et mieux je me sens"

 L'animateur Jean-Luc Reichmann est l'invité du Monde d'Elodie. Il confie son envie de faire du bien autour de lui depuis qu'il est tout petit. 

Le présentateur de TV Jean-Luc Reichmann à Roland Garros, à Paris, en 2015.
Le présentateur de TV Jean-Luc Reichmann à Roland Garros, à Paris, en 2015. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Le Monde d'Elodie avec Jean-Luc Reichmann
--'--
--'--

"Le bonheur pour moi c'est de donner du bonheur. Plus les gens autour de moi sont bien, et mieux je me sens", confie Jean-Luc Reichmann sur franceinfo dans Le Monde d'Elodie. L'animateur vedette au grand coeur revêt aussi son costume de comédien, au théâtre de la Michodière, à Paris, avec la pièce Nuit d'Ivresse de Josiane Balasko. 

Bien sûr pour incarner l'animateur télé de la pièce. "C'était le pari de tous les dangers" pour Jean-Luc Reichmann qui angoissait de passer après Thierry Lhermitte et Michel Blanc. D'autant plus que l'histoire raconte la nuit d'ivresse que passe son personnage et qui le matin se retrouve nez-à-nez avec un homme qu'il ne connaît pas. "Parler de l'homosexualité aujourd'hui, avec tout ce qui se passe sur les réseaux sociaux, c'est très compliqué", considère-t-il. Josiane Balasko a en effet réécrit et adapté la pièce pour deux rôles masculins. 

Un pari dont il peut s'enorgueillir de l'avoir remporté. Le spectacle fonctionne tellement bien dans la capitale que Jean-Luc Reichmann et la troupe partiront en tournée, à travers toute la France, entre janvier et avril 2019. Ce tour auprès de tous les Français, et non pas seulement des Parisiens, il le souhaitait vraiment : "J'ai envie de donner du bien au plus grand nombre."

Un animateur qui veut fédérer

Ce n'est pas surprenant lorsqu'on sait comment l'animateur fédère les générations et tous les milieux derrière leur petit écran à l'heure du déjeuner. Depuis 2001, avec Attention à la marche, et depuis 2010, avec Les Douze Coups de midi, Jean-Luc Reichmann fait réaliser à TF1 de très bonnes audiences.

Il explique avoir appris à s'exprimer "par le rire et par le rassemblement".  En opposition avec le comportement de son père qui était plutôt du genre taiseux. "C'est un enfant de la guerre", explique l'animateur vedette. "Si j'ai une image à donner à mon père, ce sont les trois petits singes : je ne vois rien, je ne dis rien et je n'entends rien", illustre Jean-Luc Reichmann. Il a donc essayé de faire sourire et rire son entourage. 

Il a vu en sa célèbre tâche sur le nez - qui a disparu depuis - une occasion de se tourner en dérision. "Quand on est gamins dans les cours de récréation, il y a le petit roux, le petit avec des taches de rousseur, le petit gros, et moi j'étais La tâche", se souvient-il. "C'était rigolo, on m'appelait La fraise ou Le nez rappé". Jean-Luc Reichmann garde néanmoins un bien moins bon souvenir à ce sujet. Un de ses professeurs de français lui a un jour demandé d'aller au tableau en l'appelant par son surnom La tâche. "Là, ça fait mal (...) il y a une blessure énorme", admet le présentateur. 

À l'écoute de sa soeur sourde

Jean-Luc Reichmann tient aussi sa capacité d'écoute et sa générosité de sa soeur. Elle est née sourde lorsque lui avait neuf ans. Lui et ses parents ne se sont rendu compte de sa surdité que deux ans plus tard. "On s'en est aperçu car elle riait à contre-temps ou pas sur les mêmes choses que nous", raconte-t-il. Sa soeur a donc appris à parler et à articuler différemment puisqu'elle ne comprenait pas ce qu'ils disaient. 

"C'est un petit peu la voix qui m'a ouvert la voie", estime l'animateur aujourd'hui. "Ce handicap m'a fait faire des efforts sur l'écoute, lui reconnaît-il. Si vous n'écoutez pas ce que je dis, vous ne pouvez pas rebondir sur ce que je dis." C'est de cette manière que Jean-Luc Reichmann a compris que pour bien se faire comprendre, '"il fallait que ça soit le plus simple possible et avoir le mot qui touche". 

Un imitateur populaire

Et comme les casquettes d'animateur, de producteur et de comédien ne lui suffisent pas, Jean-Luc Reichmann révèle aussi des talents d'imitateur. Pendant dix ans, aux Guignols de l'info sur Canal Plus, il a été "l'imitateur de l'imitateur", comme il le dit lui-même. Il intervenait lorsque Yves Lecoq avait besoin que plusieurs PPDA ou Sylvester Stallone soient sur scène au même moment. Celui qu'il imite mieux que personne, c'est Johnny Hallyday. 

Ce dernier était l'un de plus grands fans du programme Attention à la marche. "Il le disait 'je me réveille avec toi (...) et quand je joue avec toi, je peux faire mon sport, comme ça, je ne pense pas que j'ai mal'", sourit Jean-Luc Reichmann. "C'était une histoire de fou parce qu'il disait que le programme devait être remboursé par la Sécurité sociale", se souvient-il. Le meilleur compliment, en soit, que l'on puisse lui faire.