Interdiction des portables par Florence Foresti : "Ce n'est pas très festif", estime un producteur

L'humoriste est la première artiste française à utiliser le système américain Yondr, une pochette scellée électroniquement, pour interdire les téléphones portables lors de ses spectacles. Jean-Marc Dumontet, producteur de spectacles, estime que la mesure est "un peu coercitive".

Florence Foresti lors de la cérémonie de clôture du Festival de Cannes, le 28 mai 2017.
Florence Foresti lors de la cérémonie de clôture du Festival de Cannes, le 28 mai 2017. (LOIC VENANCE / AFP)

Jean-Marc Dumontet, producteur de spectacles et propriétaire de plusieurs salles de spectacle à Paris, a jugé, lundi 5 novembre sur franceinfo, la décision de Florence Foresti d'interdire les portables au Paradis latin, où elle se produit "pas très festive". L'humoriste est la première artiste française à utiliser le système américain Yondr, une pochette scellée électroniquement. "Je crois d'avantage à l'explication, à l'éducation, à la pédagogie qu'à la coercition", explique le producteur.

franceinfo : Comment jugez-vous la décision de Florence Foresti ?

Jean-Marc Dumontet : Florence Foresti pousse un coup de gueule. Elle a le droit mais je trouve que c'est un peu coercitif. Quand on va au spectacle, c'est une fête et quand cela commence par glisser son portable dans un sachet et après aller le récupérer à la fin, je trouve que c'est un peu compliqué comme mise en œuvre et ce n'est pas très festif. Je crois à l'éducation. J'ai l'impression qu'on s'adresse un peu à des enfants qui sont au collège en leur disant : "Il faut bien faire ses devoirs et il faut se comporter correctement". On est des adultes ! On peut expliquer aux gens. Ils doivent apprendre à mesurer leur addiction à l'égard de leur portable et à le laisser au fond de leur poche et leur sac pendant le spectacle. Je crois d'avantage à l'explication, à l'éducation, à la pédagogie qu'à la coercition.

Pour vous le portable n'est pas un problème ?

Ce n'est pas un immense problème. Evidemment, c'est éreintant s'il y a une sonnerie qui se déclenche mais c'est heureusement assez rare. Il faut demander aux gens de faire des efforts, le demander gentiment comme un public qu'on respecte (...) Shakespeare dans son Globe Theater, il y avait un bazar impressionnant, les gens bougeaient, déambulaient, cela n'a pas empêché Shakespeare de traverser les siècles. Il faut vivre avec son temps. Un spectacle c'est un moment de joie; c'est un moment de fête.

C'est aussi un outil de promotion….

Les réseaux sociaux contrairement à ce que l'on pense ne pillent pas forcément les artistes. Ils les mettent aussi beaucoup en exergue. Pour beaucoup d'artistes, c'est important de rebondir grâce aux portables sur les réseaux sociaux. C'est le paradoxe. Par moment, incontestablement les réseaux sociaux vont piller et vont malmener les droits d'auteur et par moment, ce sont des outils de promotion extraordinaires.