Mort de Guy Bedos : "On perd tous quelqu'un de merveilleux", témoigne son ami Michel Boujenah

Très ému, l'humoriste Michel Boujenah salue "un maître"au micro de franceinfo en apprenant la mort de son ami Guy Bedos. 

Smaïn, Guy Bedos et Michel Boujenah avaient joué \"Coup de soleil\" ensemble à l\'Olympia, en 1991.
Smaïn, Guy Bedos et Michel Boujenah avaient joué "Coup de soleil" ensemble à l'Olympia, en 1991. (Le Parisien / MAXPPP)

L'humoriste, acteur et artiste de music-hall, Guy Bedos, est décédé ce jeudi 28 mai, à l'âge de 85 ans. "Il a par moments été critiqué mais on oublie à quel point c'était un maître dans notre métier", affirme Michel Boujenah.

franceinfo : Vous perdez un ami ce soir ?

Michel Boujenah : Je perds quelqu'un que j'aimais beaucoup, je viens de l'apprendre, je suis triste, je n'ai pas d'autre mot. On perd tous quelqu'un de merveilleux. Il a été par moments critiqué mais on oublie à quel point c'est un maître dans notre métier. Et puis c'est un ami, je m'en fous du reste, c'est un ami que je perds, j'en ai marre !

Après la disparition de Jean-Loup Dabadie, de Michel Piccoli il y a quelques jours ?

Oui, mais Guy c'est quelqu'un de particulier dans ma vie. Guy c'est un homme merveilleux, et ceux qui l'ont connu vraiment pourront témoigner encore plus que moi. Il y a des gens plus proches de lui que moi. Je l'aimais beaucoup, nous avons passé des moments merveilleux ensemble, juste à rire. Je ne parle pas de ce qu'on a pu faire comme bêtises sur scène ensemble, des souvenirs merveilleux que j'ai avec lui.

En partageant notamment à plusieurs reprises la scène de l'Olympia ?

C'était merveilleux. Ce soir, je pense à Jo, sa femme, à Victoria et à Nicolas, que j'aime beaucoup et je sais à quel point c'est douloureux. Et puis nous sommes beaucoup d'orphelins. Hélas, c'est toujours à ces moments-là que l'on se rend compte à quel point un artiste occupait une place importante, c'est quand il disparaît. Ces derniers temps il était souffrant. J'ai de la peine, vraiment.

Vous qui le connaissiez personnellement, que pouvez-vous nous dire sur l'homme qu'il était ?

C'était un homme profondément tendre, vraiment, on n'imagine pas à quel point. Quand on le voyait comme ça, il avait l'air provocateur mais c'était un homme d'une tendresse et fidèle en amitié. Je pense ce soir aussi à Jean-Paul Belmondo, ils étaient extrêmement liés, ils ont fait le conservatoire ensemble. Jean-Paul doit être très triste aujourd'hui d'avoir encore perdu un frère. Je perds un aîné, je suis dévasté. Je suis même gêné d'en parler. C'est très difficile, j'en suis vraiment désolé.