"Confinés mais en visio", la série vidéo délirante d'un ingénieur de Rouen

Cet ingénieur-comédien rouennais réalise depuis le début du deuxième confinement une série pleine d'humour sur internet.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Clément Fasquel créateur des vidéos "Confinés mais en visio" (France 3 Normandie)

Si dans la vie, Clément Fasquel est ingénieur des ponts et chaussées, dans la vie confinée, ce comédien amateur réalise des vidéos qui ne manquent pas d'humour. Il met en ligne régulièrement sur sa chaîne YouTube Confinés en visio, des tranches de vie qui s'inspirent avec finesse de la période actuelle. 

Comédien Clément Fasquel

Déglingué, confiné

Télétravail, visio conférences, apéros à distance, pétage de plombs, intrusion du privé dans le professionnel, la série Confinés en visio pointe avec beaucoup de dérision les travers de ce mode de communication. À l'image de cette réunion à distance autour des motocrottes dans laquelle les protagonistes sont sans cesse interrompus par leurs enfants. "On avait envie de témoigner de cette folie du moment, avec des micros qui ne marchent pas, des caméras qui tombent, des gens qui ne savent pas qu'ils sont filmés, tout ça c'est du vécu", rapporte Clément Fasquel.

Confinement improvisé

Toutes ces fausses visioconférences nous permettent de faire la rencontre de personnages aussi loufoques que la période que l'on traverse depuis plusieurs mois. Si les sketches sont improvisés en direct durant une quinzaine de minutes par deux personnages, après montage, les vidéos n'excèdent pas les cinq minutes. "Le moment où je clape et ça tourne on ne sait pas du tout où va partir l'autre personne", explique Clément Fasquel.

Pour réaliser ces petits sketches, le comédien fait intervenir des amis comédiens ou des proches. Comme cet échange avec "sa mère" qui pense être seule face à sa caméra, alors qu'elle consulte un site de rencontres. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Humour

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.