Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Danseuse étoile, elle se rend au chevet des enfants hospitalisés

Publié
Durée de la vidéo : 5 min.
Danseuse étoile à l'Opéra de Paris, Léonore Baulac se rend au chevet d'enfants hospitalisés pour essayer de leur apporter un "moment de magie". Brut l'a suivie. Une initiative de l'association The What Dance Can Do Project.
Brut.
Article rédigé par

Danseuse étoile à l'Opéra de Paris, Léonore Baulac se rend au chevet d'enfants hospitalisés pour essayer de leur apporter un "moment de magie". Brut l'a suivie. Une initiative de l'association The What Dance Can Do Project.

Léonore Baulac est danseuse étoile à l'Opéra de Paris. Elle se rend régulièrement au chevet des enfants hospitalisés à l'hôpital Necker, à Paris. "C'est émouvant de voir des petits bouts comme ça, qui parfois sont émerveillés", confie-t-elle. Léonore se rend à l'hôpital Necker depuis trois ans par le biais de l'association What Dance Can Do. "L'Opéra me prête gracieusement un costume et j'en embarque un, j'embarque un tutu et puis je viens faire une petite tournée des chambres", raconte-t-elle. De son côté, l'association vise à apporter du divertissement aux enfants qui sont soit dans un contexte socio-économique difficile, soit qui sont hospitalisés. Face à l'initiative, le personnel hospitalier est, lui aussi, ravi.

Apporter un peu de magie aux enfants

"À partir du moment où j'ai commencé à faire les rôles dont je rêvais et spécialement à partir du moment où j'ai été nommée étoile, je me suis dit que j'avais une chance immense et qu'il fallait que je trouve un moyen de la partager", explique Léonore Baulac. Aujourd'hui, la danseuse étoile espère pouvoir apporter un peu de magie dans le quotidien de ces enfants à travers son art. "J'ai eu plein de bonnes fées qui m'ont aidée par ci, par là, qui m'ont inspirée, qui m'ont généreusement transmis ce qu'il ou elle savait et donc, j'espère pouvoir faire ça pour des enfants", conclut-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.