Cet article date de plus de cinq ans.

Les chicos Mambo fêtent leur 20 ans en "Tutu" à Bobino

Ils avaient déjà enchanté le public en 2014 avec leur "Tutu", les Chicos Mambo fête leur 20 ans d'existence sur la scène de Bobino jusqu'au 30 juin 2016. Chorégraphié par Philippe Lafeuille, le show décalé et drôle est un savant détournement des ballets de danse classique.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
20 ans, pour les chicos Mambo qui reviennent sur la scène de Bobino avec leur "Tutu" 
 (France 3 / Culturebox)
"Tutu" raconte en 20 tableaux, 20 petites histoires revisitées par des hommes en tutu rose fushia. Six danseurs qui entraînent le public dans un ballet contemporain qui mêle à la fois le music-hall, le théâtre et l'illusion comique.
Rencontre avec Philippe Lafeuille qui a créé les "Chicos Mambos" il y a tout juste 20 ans. Un spectacle anniversaire que la troupe célèbre sur la scène du Bobino en grande ballerine. 
"L'esprit de Tutu c'est avant l'esprit de danse, dans la générosité et l'humour", révèle le fondateur de la troupe. 

Reportage : JL Serra / Norbert Cohen / Pierre Pachoud / Yves Zysman / Stéphane Fouquet / Kulimoetoke Lemanahalatai

Détournement de danse

En forme de champignons, de pompons, de corolles, ces tutus changent, évoluent selon les histoires. Philippe Lafeuille a poussé le détournement le plus loin possible en demandant à ses artistes de caricaturer les différents répertoires et donner une autre dimension à la danse.
Classique, contemporaine, sportive, acrobatique ou sensationnelle, toutes les danses se croisent en "Tutu" sans pour autant les parodier.
"Il s'agit de désacraliser la danse qui est parfois un peu enfermée dans un carcan, la danse doit être ouverte et large", explique le chorégraphe.

Une formation classique obligatoire 

Pour interpréter cette danse hors du commun, Philippe Lafeuille a recruté sur audition six danseurs de haut niveau. Condition sine qua non : être issu de la danse classique et savoir inventer une autre interprétation. 
"Commencer par du pur classique nous apprend la rigueur, ensuite on peut déstructurer cette base et faire d'autres styles de danse", explique le danseur Loïc Consalvo. 
 (France 3 / Culturebox)

Du lac des cygnes au rap des canards tout est permis quand on a vingt ans et qu'on porte aussi bien le tutu.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Danse

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.