Le Théâtre de Chaillot, temple de la danse à Paris, fermera sa grande salle en 2022 pour travaux

L'annonce de travaux au Théâtre national de Chaillot est sans lien avec les conséquences de l'incendie de Notre-Dame mais elle souligne l'obsolescence de nombreux bâtiments parisiens qui nécessitent de faire peau neuve.

Le Palais de Chaillot à Paris
Le Palais de Chaillot à Paris (GARDEL BERTRAND / HEMIS.FR)

Le Théâtre national de Chaillot a annoncé le 9 mai qu'il allait fermer sa principale salle en 2022 pendant deux ans pour des travaux qui devront en améliorer notamment la sécurité. Les grands travaux de la salle Jean Vilar devraient prendre fin juste avant les JO à Paris à l'été 2024, a affirmé le directeur Didier Deschamps.

La salle Gémier, second plateau du théâtre qui avait rouvert en 2017 après quatre ans de travaux, continuera d'accueillir des spectacles. Des spectacles "hors les murs" seront également prévus.

Assurer la sécurité de la salle Vilar

Les travaux, dont le budget est encore en discussion, "visent en premier lieu à assurer la sécurité de la salle Vilar, avec la régulation des centrales de traitement d'air et le remplacement des circuits électriques continuellement défaillants", a précisé Didier Deschamps. Selon lui, les canalisations sont également à rénover, "car aujourd'hui deux de nos quatre étages - où se situent les loges - ne sont plus distribués en eau".

En outre, "notre plateau, qui est un des plus beaux plateaux pour la danse, date de 1972. Il s'agit de revoir tous les équipements électriques, de motoriser les cintres". Le directeur, en poste depuis 2011 et qui termine son mandat en 2021, précise qu'il y aura la possibilité d'agrandir le plateau, de remplacer le gradin qui date également de 1972, voire de créer une salle de répétition.

Chaillot fêtera en 2020-2021 son 100e anniversaire

Situé sur la colline du Trocadréo, Chaillot a été le berceau du Théâtre national populaire, fondé par Firmin Gémier en 1920, puis développé par Jean Vilar. Il fêtera en 2020-2021 son 100e anniversaire. C'est là aussi où fut signée la Déclaration universelle des droits de l'Homme il y a 70 ans.

En 2007, il devient le Théâtre national de la Danse et accueille chaque année une quarantaine de spectacles de France et de l'étranger. Son budget global s'élève à 20 millions d'euros, dont 13 millions de subventions.

La saison 2019-2020 va rendre hommage à une légende de la danse contemporaine, Merce Cunnigham, qui aurait eu 100 ans en 2019. Plusieurs artistes espagnoles, comme la danseuse de flamenco Rocio Molina, une saison Africa, mais également le Dancenorth Australia, le Theatre of Taiwan et de nombreux autres artistes seront au rendez-vous.