Cet article date de plus d'un an.

"Coppél-i.A." : les ballets de Monte Carlo présentent une version 2.0 de la célèbre chorégraphie pour les fêtes

Jean-Christophe Maillot offre une version moderne, à l'ère de l'intelligence artificielle, de "Coppélia", le célèbre ballet du XIXe siècle. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Répétitions de Coppél-i.A. (S?BASTIEN BOTELLA / MAXPPP)

Ambiance poétique futuriste pour célébrer la fin d'année. Les ballets de Monte-Carlo proposent de découvrir Coppél-i.A., la nouvelle création mondiale de Jean-Christophe Maillot. A l'ère de l'intelligence artificielle, le chorégraphe a revisité le ballet Coppélia. D'où l'orthographe de la nouvelle version qui sépare les lettres i et a (pour "intelligence artificielle") du titre original. Ici, l'automate du savant Coppélius, objet du désir de Frantz, est un robot. A voir du 27 décembre au 5 janvier 2020. 

Coppél-I.A. aux ballets de Monte-Carlo

En proposant une version 2.0 de ce classique du répertoire romantique, Jean-Christophe Chaillot veut livrer une réflexion sur la recherche du partenaire idéal dans notre société où les technologies avancées prennent de plus en plus de place.

Alors que l'amour naît entre deux jeunes gens, un être artificiel vient bousculer les codes. Est-ce qu'un robot pourrait un jour développer des sentiments ? Est-ce qu'un homme pourrait tomber amoureux d'une machine ? "C'est très intéressant d'imaginer que l'on peut aller dans cette folie amoureuse, d'inventer un personnage fictif avec l'espoir qu'il puisse un jour vous aimer", explique Jean-Christophe Chaillot. "Mais il est artificiel, alors, est-ce qu'il a une émotion ?", poursuit-il. 

Répétitions de Coppél-I.A. (Alice Blangero)

Un livret réinventé

La création musicale a été confiée à Bertrand Maillot. S'il s'est appuyé sur l'oeuvre de Léo Delibes, il propose ici une partition hybride, qui reprend à la fois les thèmes originaux et des créations spécifiques. Car la musique joue un rôle essentiel dans la mise en perspective des émotions du personnage, et l'évolution du robot doué d'Intelligence Artificielle. "Je trouvais que l'apprentissage de la parole était une chose qui pouvait correspondre musicalement à ce que l'on voyait visuellement sur scène" explique Bernard Maillot. Une réflexion poétique sur le monde dans lequel on évolue. 

Répétitions du ballet Coppél-I.A. (Alice Blangero)

Coppél-i.A. - Ballets de Monte Carlo- jusqu'au 5 janvier 2020 - Salle des Princes, Grimaldi Forum, Monaco

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Danse

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.