"À son image", le roman de Jérôme Ferrari adapté dans une pièce chorégraphique à Bastia

Le spectacle s’appelle Ritrattu. Danseurs et chanteurs racontent, dans une version décalée, la jeunesse corse des années 1980/90.  

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Ritrattu raconte la Corse des années 1980/90 à travers l'histoire d'Antonia (G.Leonetti / France Télévisions)

Porté par les chanteurs d’A Filetta et les danseurs de la compagnie Studidanza, le spectacle Ritrattu est une adaptation d’À son image, le roman de Jérôme Ferrari. Publié en 2018, cet ouvrage plonge le lecteur dans la vie d’Antonia, une photographe corse témoin des luttes sanglantes entre clans nationalistes. 

"Ritrattu" au théatre de Bastia

Sur scène, la chorégraphe Céline Giovannoni peaufine les derniers détails. Mais, Covid oblige, le spectacle qui devait se dérouler vendredi 15 janvier n’aura pas lieu. Comme de nombreux professionnels du monde de la culture, les danseurs de Studidanza et les chanteurs d’A Filetta ont souhaité, malgré tout, répéter et profiter de la résidence d’artiste offerte par le théâtre municipal de Bastia. Il faut dire que la pièce chorégraphique aborde un sujet qui touche particulièrement les Corses.

Ritrattu raconte l’histoire d’Antonia, une jeune photographe corse décédée tragiquement à l’âge de 24 ans dans un accident de voiture. Les chants corses et les mouvements des corps traduisent les mots et les ambiances du roman de Jérôme Ferrari qui revient, à travers ce drame, sur les années de conflits et de douleur traversées par la Corse dans les années 1980/90. "Le fait que Céline Giovannoni ait associé le texte de Jérôme Ferrari à nos musiques qui datent de cette période, cela donne une image assez fidèle du parcours de la Corse de ces quarante dernières années", constate Jean-Claude Acquaviva, chanteur du groupe A Filetta.

En Corse, comme ailleurs, artistes et spectateurs attendent avec impatience une réouverture des théâtres pour profiter enfin de ces créations que le virus a malheureusement réduit au silence.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.