Mutilations de chevaux : psychose chez les éleveurs

Ces derniers mois, les mutilations de chevaux se sont multipliées en France. Les gendarmes affirment que ces actes de cruauté sont le fait de plusieurs individus aux modes opératoires différents. 

France 3

La tombée de la nuit révèle les pires cauchemars des propriétaires du cirque Gambini. Ils craignent pour la vie de leurs animaux. "On a piégé le terrain avec du barbelé dans les ronces pour éviter que les gens se cachent dedans", explique Angélique Bacon, directrice du cirque. Pour protéger leurs animaux, leur budget ne permet que le minimum : une clôture électrique et des pièges de fortune. 

Un portrait-robot a été diffusé 

Une fois les enfants couchés, le couple fait des rondes pour surveiller les animaux. "On va s’équiper de barres de fer parce qu’on ne sait pas ce qu’ils peuvent avoir en face de nous", témoigne, inquiet, Sébastien Charpentier, propriétaire. Ils en sont certains, quelqu’un les observe. Une présence trahie par l’affaissement des plantes et des bruits de pas. "On a la peur au ventre mais nous on a des choses pour se défendre, eux, n’ont que leurs sabots, on pense à eux en premier", explique la directrice du cirque. Les gendarmes mobilisent d’importants moyens. "L’idée c’est de pouvoir recueillir un maximum d’informations (…) pour dresser un profil d’auteur", explique le Lieutenant-colonel Eric Bayle. Un portrait-robot a été diffusé la semaine dernière par la gendarmerie de l’Yonne.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des chevaux au centre équestre Jean Claude Adelin à Tarbes (Hautes-Pyrénées), le 9 juillet 2020. 
Des chevaux au centre équestre Jean Claude Adelin à Tarbes (Hautes-Pyrénées), le 9 juillet 2020.  (PHILIPPE ROY / AFP)