Epilogue de la série documentaire "Tiger King" : le héros, Joe Exotic, privé de son zoo sur décision de justice

Cette décision de justice met un point final à la saga de Joe Exotic et son zoo de félins, au centre de "Tiger King", le documentaire à succès de Netflix.

Joe Exotic, de son vrai nom Joe Maldonado-Passage, personnage principal de la série à succès de Netflix \"Tiger King\" (\"Au royaume des fauves\" en version française).
Joe Exotic, de son vrai nom Joe Maldonado-Passage, personnage principal de la série à succès de Netflix "Tiger King" ("Au royaume des fauves" en version française). (NETFLIX)

Joe Exotic, l'exubérant personnage principal de la série documentaire à succès de Netflix Tiger King (Au royaume des fauves en français), éleveur pas très net de tigres, lions et autres panthères, va devoir sur décision de justice céder son fameux zoo à son ennemie jurée, qu'il avait voulu faire assassiner. Dans une décision rendue lundi 1er juin après quatre ans de procédure, un juge fédéral a ordonné le transfert de propriété du terrain de six hectares environ sur lequel se trouve le zoo, situé au sud d'Oklahoma City.

Cette décision de justice est l'épilogue d'une saga qui a passionné des millions de téléspectateurs. Tiger King, documentaire dramatique en sept épisodes sur fond de maltraitance animale, a été l'un des programmes les plus regardés de l'histoire de Netflix. La plateforme a annoncé, fin avril, qu'en un mois, 64 millions d'abonnés avaient vu tout ou partie de la série.

Joe Exotic derrière les barreaux pour tentative de meurtre

Energumène haut en couleur qui a beaucoup fait pour la popularité de cette série, Joe Exotic, de son vrai nom Joe Maldonado-Passage, a été condamné en janvier à 22 ans de prison pour tentative de meurtre (via un tueur à gages) et se trouve actuellement en détention aux Etats-Unis. 

Il avait voulu faire disparaître Carole Baskin, défenseuse de la cause animale à la tête d'un refuge pour fauves en Floride et de la fondation Big Cat Rescue, qui avait juré de mettre son zoo en faillite. Elle critiquait ses méthodes, notamment la reproduction à outrance des félins, la possibilité pour les visiteurs de les caresser, ainsi que des mauvais traitements ayant entraîné la mort de plusieurs animaux. Début mai, Joe Exotic, 57 ans, a fait une demande officielle de grâce au président américain Donald Trump.

Le zoo venait de rouvrir après le confinement

Bien que Joe Exotic, son propriétaire jusqu'ici, soit en prison, le zoo avait continué à fonctionner et venait de rouvrir ses portes début mai après plusieurs semaines de fermeture pour cause de confinement.

L'ancien partenaire économique de Joe Exotic, Jeff Lowe, avait officiellement racheté la société GWDG, mais le magistrat fédéral n'en a pas moins décidé du transfert de la propriété du lieu. Conformément à la décision du juge Scott Palk, il devra libérer les lieux, "y compris l'évacuation de tous les animaux du zoo".