Cet article date de plus de neuf ans.

Royaume-Uni. Les photos du prince Harry nu créent la polémique

Le site américain TMZ.com a publié des clichés du prince Harry totalement nu. Des clichés qui ont provoqué un tollé en Grande-Bretagne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le prince Harry assiste aux épreuves de natation lors des Jeux olympiques de Londres, le 1er août 2012. (MARTIN BUREAU / AFP)

BUZZ - La publication sur le site américain TMZ.com de photos du prince Harry nu, batifolant avec des amis dans un hôtel à Las Vegas (Nevada, Etats-Unis) a provoqué l'émoi mercredi 22 août au Royaume-Uni. Sur l'un des deux cliché mis en ligne par le site spécialisé dans l'actualité people, le prince Harry, troisième dans l'ordre de succession au trône d'Angleterre, apparaît entièrement nu, cachant son sexe avec ses mains. Il se tient debout devant une autre personne également dévêtue. Sur la deuxième photo, il apparaît de dos, à nouveau nu, enlaçant une personne elle aussi dans le plus simple appareil.

Le secrétariat du prince authentifie les clichés

Selon TMZ, les deux clichés, flous, ont été pris dans un hôtel à Las Vegas le week-end dernier au cours d'une partie de "strip billard". Le secrétariat du prince, Clarence House, a, fait rarissime, reconnu l'authenticité des photos. "A ce niveau, nous n'avons pas de commentaires", a déclaré à l'AFP un porte-parole de Clarence House, précisant cependant que le secrétariat pourrait "en faire plus tard".

La publication de ces photos pose des questions sur la sécurité du prince, le fils cadet du prince Charles et de Diana, âgé de 27 ans. Ce scandale intervient à un moment où le jeune homme, à la réputation d'enfant terrible de la famille royale, cherchait à corriger son image : Harry, copilote d'hélicoptère militaire Apache, a fait en début d'année une tournée dans les Caraïbes, où il représentait sa grand-mère, la reine Elizabeth II.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Culture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.