Pourquoi les Hays font-ils don de leur collection au musée d'Orsay ?

La collection de Spencer et Marlene Hays comprend plus de 600 oeuvres, qui rejoindront le musée après le décès du couple. Pourquoi ce don ? franceinfo a posé la question à Isabelle Cahn, conservatrice en chef du musée d’Orsay.

Spencer Hays, grand habitué du musée d\'Orsay, ici en 2013 devant une toile d\'Edouard Vuillard \"Les Premiers Pas\" (1894), l\'une de ses peintures favorites.
Spencer Hays, grand habitué du musée d'Orsay, ici en 2013 devant une toile d'Edouard Vuillard "Les Premiers Pas" (1894), l'une de ses peintures favorites. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Un couple de collectionneurs américains va faire don de son importante collection d'oeuvres d'art au musée d'Orsay, à Paris. La collection de Spencer et Marlene Hays comprend plus de 600 oeuvres, qui rejoindront le musée après le décès du couple. C'est le don le plus important fait à un musée français depuis 1945. Pourquoi ce don ? franceinfo a posé la question à Isabelle Cahn, conservatrice en chef du musée d’Orsay.

Isabelle Cahn, conservatrice en chef du Musée d’Orsay, répond à Jules Lavie
--'--
--'--

franceinfo : Quelles sont les pépites de la collection de Spencer et Marlene Hays?

Isabelle Cahn, conservatrice en chef du Musée d’Orsay : Il s'agit probablement des tableaux de Vuillard, qui sont des tableaux de l'époque nabis (...) Ou encore le sixième panneau d'un ensemble dont le musée d'Orsay conserve déjà cinq panneaux. Il s'agit d'une grande décoration (...) sur le thème des jardins publics. Ce sont des collectionneurs qui se sont intéressés à l'art français de la seconde moitié du XIXe siècle (...) Leur grand amour, c'est la France, c'est Paris, et ils ont voulu s'entourer de ces visions du XIXe siècle, où l'on voit des personnages dans des cafés, dans des théâtres (...) Ce sont des oeuvres autour de la France, autour de Paris avec des grands noms, Caillebotte, Degas.

Pourquoi le couple donne t-il ses tableaux à un musée français, et non américain ?

Il y a un règlement en France qui a certainement été déterminant : c'est l'inaliénabilité des collections de l'État, c'est-à-dire l'impossibilité de refondre les collections, contrairement aux musées américains qui eux peuvent se dessaisir de leurs oeuvres et les revendre.

C'est aussi une histoire d'amitié entre les collectionneurs et les conservateurs du musée d'Orsay

Oui, c'est un lien qui s'est tissé avec le président du musée d'Orsay, qui date de 2001. Ce lien n'a cessé de se renforcer avec le couple Hays (...) La première chose que fait Spencer en se levant le matin quand il est à Paris, c'est de venir visiter le musée d'Orsay. Dès 9h du matin il est entre nos murs. Et le soir, il ne se couche jamais sans avoir regardé ses tableaux.