Plan de relance : comment seront répartis les deux milliards d'euros destinés à la Culture ?

Le ministère a détaillé la répartition par secteur des deux milliards d'euros du plan de relance pour la Culture. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
L'Olympia vide, à Paris, en mai 2020.  (BERTRAND GUAY / AFP)

"L'Etat n'abandonnera personne", promet la ministre de la Culture Roselyne Bachelot dans un entretien au journal Le Monde (article abonnés). Avec l'annonce du plan de relance du gouvernement, 100 milliards d'euros tous secteurs confondus, on commence à y voir plus clair sur les aides qui seront apportées au secteur culturel : 2 milliards d'euros pour la culture. Un chiffre dévoilé en août par le Premier ministre Jean Castex mais dont la répartition a été détaillée le 3 septembre dans un communiqué du ministère de la Culture. Ces aides s'ajoutent aux mesures d'urgence mises en place au printemps.

614 millions pour les musées et le patrimoine

Le patrimoine a "cruellement besoin d’être entretenu et restauré, alors que la crise sanitaire a pesé sur les financements", estime le ministère. Une enveloppe de 614 millions d'euros sera donc consacrée à la "relance par et pour le patrimoine". 280 millions d'euros iront aux monuments historiques. Cette catégorie comporte, entre autres, un "plan cathédrale", doté de 80 millions d'euros, ainsi que le projet de restauration et de mise en valeur du château de Villers-Cotterêts, future Cité internationale de la langue française, qui recevra 100 millions d'euros.

Les établissements publics patrimoniaux qui soutiennent "l’attractivité et le rayonnement international de la France" bénéficieront quant à eux d'une aide de 334 millions d'euros. Sont notamment concernés le musée du Louvre, le château de Versailles, le Centre des monuments nationaux, le musée d’Orsay et de l’Orangerie, la Réunion des musées nationaux - Grand Palais, le Centre Pompidou et Universcience. Le ministère souligne que la fréquentation de ces établissements a particulièrement souffert de l'absence de touristes internationaux cet été. Cela a eu pour effet de réduire "considérablement leurs ressources de fonctionnement et leur capacité à investir et à se projeter en termes de programmation pluriannuelle scientifique, artistique et culturelle."

426 millions d'euros pour le spectacle vivant et les arts visuels

"Avec plus de 7 milliards d’euros de pertes en 2020, le secteur de la création artistique, composé du spectacle vivant et des arts visuels, a été particulièrement affecté par la crise sanitaire", estime le ministère de la Culture. 200 millions d'euros de crédits budgétaires seront mobilisés pour la filière musicale (spectacles et concerts, musique enregistrée...). Cette enveloppe sera confiée au nouveau Centre national de la Musique (CNM), qui devra gérer les dispositifs d'aide à destination des salles de spectacles, des producteurs, des diffuseurs, etc …Le Centre recevra également 10 millions d'euros. 

Pour le théâtre privé, 10 millions d'euros seront accordés au fonds d'urgence aux théâtres privés et aux compagnies non conventionnées, géré par l’Association de soutien au théâtre privé.

Le spectacle vivant subventionné bénéficiera, pour sa part, d'une aide de 206 millions d'euros. Cette somme comprend une enveloppe pour "les établissements et opérateurs publics de création (Opéra national de Paris, Comédie Française, Philharmonie de Paris, Palais de Tokyo, etc.)" qui seront soutenus à hauteur de 126 millions d'euros.

113 millions d'euros pour l'emploi artistique et l’enseignement supérieur de la Culture

Pour soutenir l'emploi artistique (spectacle vivant et arts visuels), une aide de 13 millions d'euros sera destinée aux "populations fragilisées par la crise". Un plan de commande publique, à hauteur de 30 millions d'euros, sera également mis en place, pour soutenir les artistes dans toutes les disciplines (métiers d'art, spectacle vivant, musique, littérature, arts plastiques…). "Ce programme sera en priorité dédié aux jeunes créateurs", précise le ministère. 70 millions d'euros seront alloués sur deux ans à la rénovation des écoles de l’enseignement supérieur culturel.

428 millions pour le livre, la presse, le cinéma et l'audiovisuel

Cette catégorie du plan de relance destiné à la culture comprend notamment un "plan filière presse" de 140 millions d'euros qui vient s'ajouter au plan de soutien à la filière annoncé par le président en août dernier. De la même façon, un "plan filière livre" de 53 millions d'euros viendra alimenter le "plan livre", "amorcé en 2020 en loi de finances rectificative n°3".

Est également prévu un "plan filière cinéma et audiovisuel" de 165 millions d'euros visant à soutenir "les œuvres écrites et tournées en France", mais aussi "des exploitants, des festivals, des cinémathèques ainsi que les ateliers d’éducation à l’image". Cette somme comprend une subvention de 60 millions d'euros pour le "réarmement financier du CNC qui mettra en œuvre l’ensemble du plan", précise le ministère. L'audiovisuel public bénéficiera quant à lui d'une aide "exceptionnelle" de 70 millions d'euros pour "amortir les effets de la crise".

419 millions pour "accélérer la transition numérique des industries culturelles et créatives"

19 millions d'euros de crédits budgétaires seront accordés pour "apporter une réponse transversale et immédiate à la problématique d’accès des industries culturelles et créatives (ICC) françaises aux opportunités économiques indispensables à leur relance, que ce soit en termes d’inscription dans les territoires, de visibilité dans l’environnement numérique et d’accès au financement bancaire."  A cela s'ajouteront "400 millions d'euros sur 5 ans dans le cadre du 4e Plan d’investissement d’avenir" pour mettre en place une "stratégie globale visant à court et moyen terme à accélérer la transition numérique des industries culturelles et créatives, à renforcer leur place dans l’économie mondiale numérique et à améliorer leur résilience."

Des mesures d'urgence sont maintenues

Le ministère de Culture ajoute que les "mesures d'urgence" mises en place pendant et après le confinement, se poursuivront jusqu’à la fin de l’année 2020 "pour partie et selon des modalités adaptées". Elles comprennent les 856 millions d'euros d’aides spécifiques pour la Culture, "l’année blanche" pour l’intermittence (849 millions d'euros) et les "aides transversales (activité partielle, exonérations de charges sociales, fonds de solidarité, prêts garantis par l’Etat)". "Le chômage partiel va notamment continuer, avec un dispositif amélioré pour le secteur culturel", promet Roselyne Bachelot dans les colonnes du Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.