Nabilla ou comment se créer un halo de célébrité en cinq étapes

Francetv info décortique le plan de carrière de cette candidate des "Anges de la téléréalité" dont la réplique téléphonique a fait le tour du web.

Nabilla lors de l\'émission \"Le grand journal\", sur Canal +, le 11 avril 2013.
Nabilla lors de l'émission "Le grand journal", sur Canal +, le 11 avril 2013. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Deux émissions de téléréalité et quelques "allô" qui ont fait le tour du web auront suffi à faire d’elle une star "bankable", reçue au "Grand journal" de Canal+ et s’affichant à la une du Parisien. Qu’on s’en amuse, qu’on la déteste ou qu’on l’admire, Nabilla est aujourd'hui considérée comme une célébrité. La jeune femme ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, et veut faire fructifier son capital notoriété. Car un simple coup de fil, fut-il fictif, ne suffit pas pour devenir Nabilla. Retour sur un plan de carrière bien huilé.

Etape 1. Commencer jeune

Nabilla n’a pas perdu son temps, et n’a surtout pas attendu sa majorité pour se lancer. Elle était âgée d’à peine 17 ans lorsqu'elle a participé à sa première émission de téléréalité, "L’amour est aveugle", diffusé en 2011 sur TF1. Pour y parvenir, elle a menti sur son âge, dit-elle au Parisien. La chaîne la présente alors comme une "mannequin à ses heures perdues". Difficile de savoir exactement en quoi consistaient ces activités de mannequinat, mais on sait que la même année, la toute jeune Nabilla Benattia a décroché le titre de "miss Salon de l’auto de Genève" 2011. Son couronnement est visible en vidéo sur YouTube.

 

 Etape 2. Ne pas avoir peur du bistouri, tout en se revendiquant "naturelle" 

Pour attirer les regards, rien de tel qu’un (ou plusieurs) petit(s) coup(s) de bistouri. Nabilla l'a compris en optant pour des seins de pin-up. "Mon visage, tout est naturel, merci papa, merci maman! Quant à ma poitrine, c'est un petit cadeau, à l'âge de 18 ans", a-t-elle expliqué sur le plateau du "Grand Journal". Ceux qui y voient une simple coquetterie devraient relire les propos des personnalités qui ont usé du même procédé. L’ex-animatrice de "La roue de la fortune", Victoria Silvstedt, par exemple, ne cache plus les raisons de son opération : "J'ai refait mes seins pour mieux travailler. C'est mon meilleur investissement ", explique-t-elle à TV Mag en 2008. Nabilla a repris peu ou prou le même argument, en revendiquant fièrement son "investissement" dans "La boîte à question" de Canal + (sans vraiment bien comprendre la question qu'on lui posait) : 

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Le Boucan du 15/04 - Les "experts" de Nabilla

La jeune femme a pourtant affirmé à Michel Denisot qu’elle était "spontanée" et voulait "juste" être "elle-même". Un discours qui est, lui, parfaitement calculé. "Pour marcher, elle a besoin que les jeunes puissent s’identifier à elle, se dire que, eux aussi, ils peuvent être aimés pour leur naturel" , décrypte Virginie Spies, sémiologue, auteure de plusieurs ouvrages sur la télévision, interrogée par francetv info.

 Etape 3. User des vieilles recettes de la téléréalité 

Nabilla est le produit d’un "système médiatique né de la téléréalité où des personnes deviennent des people simplement parce qu’elles sont vues", précise Virginie Spies. C’est ainsi que naissent des stars télévisuelle, qui n’ont a priori rien de plus que le commun des mortels. Qu'on soit objet de fantasme ou de divertissement, ce qui compte dans ce système, c'est d'être vu dans les médias, et Nabilla l'a bien compris. "L'important dans la téléréalité, c’est ce qu’on est, pas ce qu’on fait. D'ailleurs, les lecteurs de journaux people ne savent pas toujours qui est qui, mais ce n'est pas ce qui les intéresse", observe la sémiologue. Ce qui intéresse le public, ce sont les histoires qu'on peut raconter sur eux.

Le succès de Nabilla n’est pas sans rappeler celui de Loana de "Loft Story"  (2001). Le manager de Loana valide la comparaison. "Elles ont toutes les deux réussi à attirer la sympathie du public", estime Alain Williams, contacté par francetv info. Espérons tout de même que Nabilla n'aura pas le même destin que son aînée, devenue dépressive et suicidaire. Mais "Nabilla a mieux compris le marketing, elle est issue d'un milieu plus favorisé et est mieux entourée", rappelle Virginie Spies. Il faudra tout de même que quelques histoires croustillantes, de romance ou de secret révélé, viennent nourrir sa "pipolisation".

Etape 4. Se servir des réseaux sociaux

Nabilla a un atout que Loana n'avait pas : les réseaux sociaux. Pas dupe, la candidate des "Anges de la téléréalité" (diffusée sur NRJ 12) a vite compris qu’elle pouvait profiter du buzz créé par son "allô". Dès le début, elle a retwitté sur son compte @leonnaboo de nombreux messages y faisant référence, qu’il s’agisse de compliments ou de parodies.

Capture d\'écran du compte Twitter de Nabilla
Capture d'écran du compte Twitter de Nabilla ( FRANCETV INFO)

Capture d\'écran du compte Twitter de Nabilla
Capture d'écran du compte Twitter de Nabilla ( FRANCETV INFO)

Là encore, rien d’anodin dans l’utilisation que Nabilla fait des réseaux sociaux. "Twitter donne l'illusion de la proximité, car les fans peuvent suivre et interpeller directement leurs idoles, et se sentent flattés s’ils sont retwittés", explique la sémiologue. Ce qui explique pourquoi le compte @leonnaboo est truffé de messages de fans.

Etape 5. Professionnaliser sa com’

A présent libérée du tournage des "Anges de la téléréalité", Nabilla a pu entrer dans la phase "action" de son plan de carrière. Façon femme d’affaires, elle s'est entourée de professionnels de la communication, et a commencé par déposer la marque "Allo quoi". Elle s’est ensuite attaquée à la partie médias en accordant deux interviews, l’une au "Grand journal", l‘autre au Parisien. Pourquoi si peu ? "Sa stratégie consiste à se faire rare pour alimenter le mystère autour de sa personne et tenir les gens en haleine", décrypte Virginie Spies.

Et déjà, du côté des marques, ça se bouscule au portillon. Franck Hocquemiller, de l’agence VIP Consulting, qui travaille sur les partenariats entre marques et célébrités, a expliqué à francetv info qu’il avait été contacté par les producteurs de Nabilla. Selon lui, de nombreuses marques parmi ses clients cherchent à travailler avec elle. "Nous sommes encore en train de négocier des contrats, sur des produits proches de son univers, comme le cosmétique, la mode ou la téléphonie", assure Franck Hocquemiller.

Nabilla se rêve aussi en star de cinéma. Pour le moment, rien n’a fuité concernant des projets de films, mais elle a expliqué au "Grand journal" qu'elle était en train de préparer une émission dans laquelle on va "la suivre au quotidien". Elle sera donc l'héroïne de son propre programme de téléréalité, à l'image de son modèle américain, Kim Kardashian. Elle l'a d'ailleurs déjà rencontrée. La business woman, actrice et animatrice, avait offert une "séquence émotion" à l'émission "Les anges de la téléréalité" en venant rencontrer les candidats (vidéo). Dans les pas de son idole, Nabilla continuera donc à interpréter le rôle qu'elle a le plus travaillé : son propre personnage.