La Tour Eiffel a 130 ans : revivez l'incroyable épopée de sa construction

La Tour Eiffel va fêter ses 130 ans le 31 mars prochain. Érigée à l'occasion de l'exposition universelle de 1889, la dame de Fer imaginée par Gustave Eiffel est devenue l'un des emblèmes de la France dans le monde. Sa construction a duré moins de deux ans et a constitué une incroyable prouesse technologique pour l'époque.

La Tour Eiffel vue du Trocadéro en 1889
La Tour Eiffel vue du Trocadéro en 1889 (Artokoloro / Quint Lox / Aurimag / ARTOKOLORO QUINT LOX / Aurimages)
Chaque jour, des centaines de touristes viennent du monde entier pour la photographier. "It's a dream", "Incredible", "Majestuosa". Les visiteurs n'ont pas de mots assez forts pour exprimer leur bonheur de voir en vrai ce monument de fer. En 130 ans, la Tour Eiffel est devenue le symbole de la France à l'étranger. Et ce n'est pas sa réplique à Las Vegas qui va lui faire de l'ombre.

L'histoire de sa construction au moment où la France s'apprête à accueillir l'exposition universelle de 1889 est aussi fascinante que la tour elle-même.

Reportage : M. Buisson, T. Guery, H. Pozzo, F. Goncalves, L. Harper, A. Brodin
En 1887, un concours est lancé pour ériger une tour de 300 mètres de haut sur le Champ de Mars. La consigne est claire, cette tour doit être la plus haute du monde.

Les projets affluent, parfois très insolites, mais c'est Gustave Eiffel, connu pour sa construction de ponts métalliques, qui l'emporte. Il a deux ans pour mener à bien le "chantier du siècle".

Une prouesse de conception et de précision

Cela commence par les fondations qui nécessitent cinq mois de travail. Puis vient le temps de l'assemblage des 18 000 pièces métalliques fabriquées dans les ateliers Eiffel de Levallois-Perret. Pour cela, elles vont être acheminées en charrette jusqu'au Champ de Mars. "C'est un mécano géant, explique l'historien Bertrand Le moine. Le problème essentiel est qu'il faut que les éléments pré-fabriqués puissent venir s'assembler exactement les uns avec les autres. Il faut donc beaucoup de précision. Il faut percer des trous aux 10e de millimètres."

C'est une prouesse de conception, de calcul, de dessins, de tracé des pièces, de précision dans la fabrication des pièces. L'entreprise Eiffel était très forte pour ça.Bertrand Lemoine, historien

Sans casque ni harnais

Le chantier est exceptionnel à plus d'un titre. La tour s'élève. Les ouvriers chargés de l'assemblage travaillent 10 heures par jour. Au deuxième étage, ils sont en équuilibre à 195 mètres de hauteur sur de simples planches de bois.

Les conditions de sécurité sont inexistantes. Ils n'ont pas de harnais, pas de lignes de vie, pas de casque. Le chantier s'est déroulé sans accident. La petite équipe d'équilibristes travaille en un temps record. Il lui faudra 22 mois seulement pour ériger la Tour Eiffel. "Je ne pense pas qu'aujourd'hui on irait aussi vite que ça", souligne Bertrand Lemoine.

Bras de fer et orgueil

Pour réussir son projet, Gustave Eiffel a investi sa fortune personnelle. Trois mois avant l'ouverture de l'exposition universelle, il est confronté à un mouvement de grève des ouvriers du chantier:

Il a fait une espèce de pression en disant : ceux qui ne veulent pas reprendre le travail demain ne remettront jamais les pieds sur la Tour et ceux qui reviendront auront une gratification. Piqués dans leur orgueil, 99% des ouvriers ont repris le chantierSylvain Yeatman-Eiffel, descendant de Gustave Eiffel


Finalement, la Tour Eiffel sera bien inaugurée comme prévu le 31 mars 1889 et constituera l'attraction de l'exposition universelle. 130 ans après, même si on a construit partout dans le monde bien plus haut, la Dame de Fer continue de fasciner.