L'orgue de la basilique de Saint-Denis dégradé, une enquête ouverte

Une enquête a été ouverte après la dégradation de l'orgue de la basilique de Saint-Denis, dans le département de la Seine-Saint-Denis, en banlieue nord de Paris, qui abrite la nécropole des Rois de France, a indiqué jeudi l'AFP citant une source proche de l'enquête. La cathédrale accueille de nombreux concerts et l'été un prestigieux festival de musique sacrée, le Festival de Saint-Denis.

La basilique de Saint-Denis et son orgue en octobre 2018
La basilique de Saint-Denis et son orgue en octobre 2018 (Manuel Cohen / AFP)
Selon cette source, c'est la soufflerie de l'instrument qui a été endommagée. Le préjudice n'a pas été évalué pour l'heure. Le mobile du ou des auteurs des dégradations, découvertes ce week-end, est "complètement flou", a ajouté la source. "On n'exclut pas l'hypothèse d'un vol", a-t-elle encore dit. Aucune inscription ni tag n'ont été retrouvés dans la basilique.

"Dégradations majeures"

De son côté, le journal "Le Parisien" a précisé que les faits se sont produits dans la nuit du samedi 2 au dimanche 3 mars, et que des vitraux ont également été cassés, photos à l'appui. Le ou les auteurs de l'intrusion pourraient s'être retrouvé(s) coincé(s) dans la machinerie de l'orgue, d'où les dégradations commises pour en sortir. Des "dégradations majeures", selon Saadia Tamelikecht, conservatrice de la basilique, citée par "Le Parisien". L'orgue, inauguré en 1841, est classé monument historique pour sa partie instrumentale et son buffet.

L'enquête ouverte pour "dégradation de biens publics" a été confiée au commissariat de Saint-Denis.

"Insupportable dégradation", a tweeté Stéphane Troussel, président PS du département. "Condamnons avec une extrême sévérité ceux qui s'en prennent ainsi à des lieux de culte et à notre patrimoine historique et culturel", a-t-il ajouté.
https://twitter.com/StephanTroussel/status/1103195265601802242
"Tous les jours ce sont au moins 2 églises qui sont profanées en France", a aussi tweeté la députée LR Valérie Boyer, appelant le gouvernement à "agir" et "punir" "ces actes anti-chrétiens".
https://twitter.com/valerieboyer13/status/1103516375300087808