Cet article date de plus de deux ans.

L'exposition "Histoires(s) de graffitis" : des témoignages à fleur de pierre au château de Vincennes

Le château de Vincennes porte, inscrites sur ses murs, les traces de sa longue histoire. L'exposition "Histoire(s) de graffitis" qui vient de s'ouvrir rassemble ces témoignages de prisonniers célèbres ou anonymes qui ont connu la froideur des cachots du château. Une plongée originale dans le passé à découvrir jusqu'au 11 novembre 2018.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La signature d'un noble emprisonné au château de Vincennes
 (France 3 / Culturebox)
Le château de Vincennes a eu plusieurs vies le faisant passer de demeure des rois à prison.

Figures illustres

Une prison qui a accueilli de nombreux détenus parmi lesquels, noblesse oblige, des figures illustres comme Henri II de Condé, le cardinal de Retz, Fouquet, le marquis de Sade, Mirabeau ou Diderot. 

Or ces détenus ont laissé sur les murs de pierre des traces de leur passage qui sont parvenues jusqu'à nous. L'exposition "Histoire(s) de graffitis" est le fruit d'un long et patient travail de recensement de ces traces de l'histoire, mené par le Centre des Monuments nationaux.

Reportage France 3 Paris Île-de-France : G. Faure / C. Mirabaud / P. Guennegan / L. Kulimoetoke
On ne sait pas ce qu'il restera des graffitis qui ornent aujourd'hui les murs et les portes des villes mais ceux gravés dans les pierres du château de Vincennes sont des témoignages historiques émouvants.

L'"évasion" par le graffiti

Imaginer Victor Hugo en 1835 en train de graver un message en compagnie de Juliette Drouet ou encore ce prisonnier "s'évadant" à sa manière en gravant un voilier en 1754 a queqlue chose de touchant.

Qu'ils émanent de prisonniers, d'amoureux, d'ouvriers, il y a derrière une démarche souvent très profonde, le désir de tuer le temps, le désir de passer un message à l'extérieur ou de faire durer un moment de bonheur. Depuis toujours les hommes iont envie de laisser une trace sur les murs

Philippe Bélaval le président du Centre des monuments nationaux


Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.