Italie : Pompéi dévoile son nouveau trésor, la fresque d'une salle de banquet

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Près de Naples, en Italie, 2 000 ans après l’éruption du Vésuve, le site de Pompéi n’a pas fini de délivrer de nouveaux trésors. Les archéologues viennent de révéler des fresques inspirées de la guerre de Troie, ornant une salle de banquet. Un fonds européen accompagne le projet depuis dix ans.
Italie : Pompéi dévoile son nouveau trésor, la fresque d'une salle de banquet Près de Naples, en Italie, 2 000 ans après l’éruption du Vésuve, le site de Pompéi n’a pas fini de délivrer de nouveaux trésors. Les archéologues viennent de révéler des fresques inspirées de la guerre de Troie, ornant une salle de banquet. Un fonds européen accompagne le projet depuis dix ans. (France 2)
Article rédigé par France 2 - V. Gaget, L. Bourgoin
France Télévisions
France 2
Près de Naples, en Italie, 2 000 ans après l’éruption du Vésuve, le site de Pompéi n’a pas fini de délivrer de nouveaux trésors. Les archéologues viennent de révéler des fresques inspirées de la guerre de Troie, ornant une salle de banquet. Un fonds européen accompagne le projet depuis dix ans.

Enfoui à quelques mètres sous terre, le dernier trésor de Pompéi (Italie) vient d’être mis au jour : une salle de banquet de 15 mètres de long, et 6 de large, avec des mosaïques au sol. Sur les murs, de petites fresques ont été découvertes. Les peintures délicates sont remarquablement conservées. Plus qu’un musée, le lieu était une salle de cinéma avant l’heure. 

"Les murs étaient peints en noir, pour éviter que la fumée des lampes à l’huile ne les salisse. Les gens se réunissaient après le coucher du soleil. La lumière vacillante des lampes donnait l’impression que sur les murs, les images bougeaient", explique Gabriel Zuchtriegel, le directeur du Parc Archéologique de Pompéi. 

La mythologie à l’honneur 

En 79 après J.C., la mythologie tient le haut de l’affiche. On voit ainsi Hélène enlevée par Pâris, le prince de Troie, ou encore le dieu Apollon. Pompéi est un musée à ciel ouvert. Les cendres volcaniques crachées par le Vésuve il y a 2 000 ans se sont pétrifiées, figeant la cité et ses habitants pour l’éternité. Environ un tiers du site reste à fouiller. Les archéologues enchaînent les découvertes dans les villas raffinées de cette capitale de la culture et des plaisirs. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.