Cet article date de plus d'un an.

Notre-Dame : pour l'architecte Jean-Michel Wilmotte, un "pastiche" de Viollet-le-Duc serait "grotesque"

Jean-Michel Wilmotte plaide pour l'utilisation de "matériaux de notre époque" et participera au concours d'architecture pour la reconstruction de la cathédrale et de sa flèche.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'architecte Jean-Michel Wilmotte en janvier 2018. (PATRICK KOVARIK / AFP)

L'architecte Jean-Michel Wilmotte participera au concours international d'architecture lancé par l'Etat pour la reconstruction de Notre-Dame et de sa flèche, détruite dans l'incendie qui a ravagé la cathédrale lundi 15 avril. Faire "un pastiche" de la flèche de Viollet-le-Duc "grotesque", estime-t-il, jeudi 18 avril sur franceinfo

Du titane plutôt que du plomb

Jean-Michel Wilmotte, qui a notamment conçu l'église russe à Paris, se dit favorable à la construction d'une nouvelle flèche mais qui ne serait pas "une copie" de celle d'Eugène Viollet-le-Duc, érigée au XIXe siècle. "Il pourrait y avoir des citations de Viollet-le-Duc", suggère toutefois l'architecte, qui plaide pour l'utilisation de "matériaux de notre époque" comme le titane ou le verre.

Plus globalement, Jean-Michel Wilmotte estime "qu'il faut reconstruire Notre-Dame avec la volumétrie qu'elle avait", mais "en ce qui concerne les matériaux utilisés, les technologies utilisées on peut trouver des solutions plus simples, surtout si on a un délai aussi court", explique-t-il. Emmanuel Macron veut achever d'ici cinq ans la reconstruction de Notre-Dame.

"Je proposerais plutôt des systèmes plus légers, plus industrialisés" que le bois ou le plomb, poursuit Jean-Michel Wilmotte. "La couverture qui était à l'époque en plomb, on pourrait la substituer à une couverture de titane, qui est trois fois moins lourd que le plomb et qui aurait un aspect similaire", préconise ainsi l'architecte.

Jean-Michel Wilmotte estime également qu'il faut garder une trace de l'incendie dans la future cathédrale : "C'est très important (…) cela fait partie de la stratification, il faut garder cette mémoire et il ne faut pas la dissimuler, c'est certain", explique l'architecte.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.