Notre-Dame : "Je pense qu'elle est définitivement sauvée", dit le recteur de la cathédrale

Avec la fin des travaux de sécurisation de l'édifice de la cathédrale Notre-Dame de Paris samedi 18 septembre, le recteur du site Patrick Chauvet estime être sorti d'un "moment difficile". 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Mgr Patrick Chauvet, recteur de la cathédrale Notre-Dame de Paris, sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Je pense qu'elle est définitivement sauvée", a déclaré Patrick Chauvet, recteur de la cathédrale Notre-Dame de Paris, ce samedi sur franceinfo, alors que s'achève la mise en sécurité de la cathédrale touchée par un incendie en avril 2019. Il se réjouit de la phase de restauration qui s'amorce, on va "découvrir des fresques qu'on ne voyait plus à cause de l'usure du temps" et "retrouver la blancheur de la pierre d'il y a 850 ans, ça va transformer l'atmosphère de la cathédrale".

franceinfo : On peut dire qu'elle est définitivement sauvée ?

Patrick Chauvet : Alors je crois qu'on peut dire effectivement qu'elle est définitivement sauvée. Pendant l'incendie et après, la cathédrale bougeait et donc il a fallu surveiller un peu l'ensemble du bâtiment, faire tout le travail de sécurisation pour être sûr qu'elle ne bouge plus. Ça a été un moment difficile. En tant qu'affectataire, je regardais tous les jours la cathédrale du haut de mon balcon pour voir si elle était toujours debout, c'était une inquiétude. Et puis, il y avait surtout l'échafaudage qui était là avant l'incendie, qu'il fallait enlever. Il a été complètement calciné, rempli de plomb et donc enchevêtré. Il a fallu le découper au chalumeau, morceau par morceau, une opération délicate qui a permis ensuite de pouvoir analyser l'ensemble de l'édifice et voir les dégâts de l'incendie.

Maintenant que le lieu est sécurisé, quelles sont les prochaines étapes ?

En ce moment, il y a une forêt d'échafaudages à l'intérieur. Et puis il faut nettoyer. On va refaire le sol parce que tout le podium liturgique, là où il y avait l'autel, tout ça était effondré et écrasé. Il a fallu refaire ce socle. Et puis, il faut refaire le sol de la nef parce qu'il a été abîmé par l'eau, les dalles ont bougé un peu, il faut refaire le sous-sol sous les dalles.

On a commencé à nettoyer les chapelles dans le déambulatoire, les fresques sont superbes. Les visiteurs découvriront des fresques qu'on ne voyait plus à cause de l'usure du temps.

Patrick Chauvet, recteur de la cathédrale Notre-Dame de Paris

à franceinfo

On va commencer à nettoyer la cathédrale, pour qu'on retrouve la blancheur de la pierre d'il y a 850 ans. Ca va transformer l'atmosphère de la cathédrale, les gens ne vont pas la reconnaître. Et puis, l'établissement public va faire des appels d'offres pour voir quelles sont les entreprises vont pouvoir refaire à la fois la voûte principale, consolider les voûtes, refaire la forêt [de charpente], refaire la toiture et puis la flèche.

L'objectif, c'est toujours une réouverture et peut être une première messe en 2024 ?

Le général Georgelin [qui pilote la restauration] a dit que c'est tout à fait possible. Et le président Macron avait promis qu'en 2024 on rendrait la cathédrale au culte. Donc moi je suis dans l'espérance. Avec le diocèse, nous préparons déjà les célébrations pour que ce jour-là ce soit vraiment une joie. Que ce soit la maîtrise, nos organistes, les liturges, nous sommes prêts à entrer dans la cathédrale pour retrouver cette vie extraordinaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Incendie de Notre-Dame de Paris

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.