Notre-Dame : François Pinault concrétise sa promesse de don de 100 millions d'euros pour restaurer la cathédrale

Le mécène François Pinault et son fils François-Henri ont signé avec l'archevêque de Paris Michel Aupetit une convention concrétisant leur promesse de dons de 100 millions d'euros pour la restauration de Notre-Dame de Paris.

Notre-Dame de Paris en septembre 2019, après l\'incendie.
Notre-Dame de Paris en septembre 2019, après l'incendie. (JULIETTE AVICE / HANS LUCAS)

En pleine forme, François Pinault a plaisanté avant d'apposer sa signature sur une convention concrétisant une promesse de dons de 100 millions d'euros pour Notre-Dame : "Désolé, monseigneur, j'ai oublié mon carnet de chèque".

"Le 15 avril, à onze heures du soir, a-t-il raconté, on regardait les images de la cathédrale en feu, on s'est concerté et on a décidé de ce don", en soulignant qu'il avait décidé de sortir de la discrétion qui sied à ce type de geste pour "en entraîner d'autres". La somme de 100 millions que débloque la famille Pinault, qui possède notamment le groupe Kering, restera destinée à la Fondation Notre-Dame, même au cas où la restauration de la cathédrale s'avérait moins coûteuse que prévu, a-t-il indiqué.

10 millions d'euros déjà débloqués

Au fur et à mesure des demandes de la Fondation, des sommes seront versées. Le 20 juin, une première tranche de 10 millions d'euros avait déjà été débloquée à la demande de la Fondation pour les travaux de sécurisation. A ce jour, la Fondation Notre-Dame a obtenu, entre le 17 avril et le 30 septembre, 380 millions d'euros (dons déjà reçus et promesses qui seront "concrétisées"). Interrogé sur les montants nécessaires à la restauration, monseigneur Aupetit, qui préside la Fondation Notre-Dame, a rappelé qu'il "faudra attendre le printemps pour savoir combien de temps ça va durer, et ce que ça va coûter".

Au total, 46.000 particuliers, 168 entreprises et 29 collectivités publiques françaises et étrangères ont apporté dans les caisses de la Fondation 36 millions d'euros. Le rythme des dons reste soutenu, au niveau de 140 dons par semaine. La semaine dernière, le milliardaire et industriel du luxe Bernard Arnault avait signé une convention équivalente portant sur 200 millions d'euros pour Notre-Dame.

850 millions d'euros promis

Plus de 850 millions d'euros ont été promis par des grandes fortunes, des entreprises et des particuliers. Dans le cadre de la souscription nationale, trois fondations, la Fondation du patrimoine, la Fondation Notre-Dame et la Fondation de France, ainsi que le Centre des monuments nationaux, gèrent la collecte pour l'Etat.

D'ici fin octobre, d'autres contributions à la Fondation Notre-Dame seront "officialisées", comme celle de la région Ile-de-France (10 millions) mais aussi du groupe AXA : 5 millions seront affectés à la création d'une Fondation spéciale qui soutiendra notamment "le rayonnement de la cathédrale pendant la durée du chantier". Le produit des dons est reversé par les fondations à l'État puis à l'établissement public quand celui-ci sera mis en place en novembre.