Notre-Dame de Paris : une enquête hors norme complexe

Les causes de l'incendie de Notre-Dame de Paris ne sont pas encore connues mercredi 17 avril. L'hypothèse d'un court-circuit reste la plus plausible. Les experts sont à l'oeuvre.

France 3

Dans l'enchevêtrement de débris, les enquêteurs recherchent des indices. Chaque morceau de bois et de pierre de Notre-Dame de Paris va être analysé pour comprendre l'origine du sinistre. Première piste envisagée : une défaillance du réseau électrique. L'entreprise d'échafaudage utilise des ascenseurs pour accéder au chantier de la cathédrale. "Cet ascenseur est distant de la cathédrale de 7-8 mètres. L'alimentation électrique a été contrôlée", explique Julien Le Bras de l'entreprise Europe Échafaudage.

Analyse pointue du bois

Les ouvriers affirment ne pas avoir utilisé d'appareils électriques lundi 15 avril et avoir suivi la procédure de sécurité en quittant le chantier. Pour trouver la source du départ du feu, les experts criminels vont devoir observer les matériaux. En noir, du bois calciné, mais pas entièrement consumé. Au milieu, il y a une zone où le bois calciné semble avoir disparu. Elle pourrait être la zone de départ de l'incendie. Une cinquantaine de policiers sont mobilisés pour une enquête hors norme pour destruction involontaire par incendie.

Le JT
Les autres sujets du JT
La voûte de la cathédrale Notre-Dame de Paris après l\'incendie, le 16 avril 2019.
La voûte de la cathédrale Notre-Dame de Paris après l'incendie, le 16 avril 2019. (AMAURY BLIN / AFP)