Notre-Dame de Paris : Emmanuel Macron se rendra vendredi sur le chantier, quatre ans après l'incendie

Emmanuel Macron va faire vendredi 14 avril 2023 une visite du chantier de Notre-Dame de Paris, à la veille du quatrième anniversaire de l'incendie qui a détruit la cathédrale, a annoncé l'Elysée.
Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Quatre ans après l'incendie qui l'a ravagée, Notre-Dame de Paris va pouvoir retrouver sa flèche (Mario FOURMY/SIPA)

Quatre ans après l'incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris, Emmanuel Macron accompagné de son épouse va "faire le point sur l'avancement des opérations de restauration" afin de "constater que l'objectif de restitution de l'édifice au culte et à la visite avant la fin de l'année 2024 sera tenu", a affirmé la présidence. "Il observera le transept restauré, le déambulatoire de l'abside et l'achèvement de la reconstruction du tabouret qui supportera la nouvelle flèche, dont l'installation commencera à la fin du mois pour s'achever à la fin de l'année", a-t-elle ajouté. Emmanuel Macron sera aussi accompagné notamment par la ministre de la Culture Rima Abdul-Malak et l'archevêque de Paris, Mgr Laurent Ulrich.

Une flèche identique à celle de Viollet-Le-Duc

Cette flèche sera identique à son modèle, conçu par l'architecte du XIXe siècle Viollet-Le-Duc et culminant à 96 mètres de hauteur avec ses statues de cuivre, elle doit être reconstruite avec les matériaux d'origine, du bois de chêne pour la structure (220 tonnes) et du plomb pour la couverture et les ornements (140 tonnes). "La pose du tabouret de la flèche", un socle de 80 tonnes constitué d'un savant assemblage de pièces en chêne, fabriqué en Lorraine, "sera achevée samedi 15 avril 2023", quatre ans jour pour jour après l'incendie, selon l'établissement public chargé du chantier de restauration. 

La réouverture au public du chef d'œuvre de l'art gothique est toujours prévue "en décembre 2024", après les JO d'été à Paris, confirme-t-il. Le tabouret prendra appui à 30 mètres du sol sur les quatre piliers de la croisée du transept, au cœur de la cathédrale. Les arcs diagonaux en pierre de taille de cette croisée ont déjà été reconstruits. Un échafaudage doté d'un plancher installé à 26 mètres de haut grimpera progressivement pour culminer à 100 mètres dans la phase finale de la reconstruction de la flèche.

Le 15 avril 2019, les images de Notre-Dame en feu et de sa flèche qui s'effondre avec sa charpente et une partie de ses voûtes avaient ému le monde entier, déclenchant un élan de solidarité sans précédent (846 millions d'euros de dons provenant de 340.000 donateurs). Dans la cathédrale en chantier, comme dans les ateliers d'art des compagnons, "les travaux de restauration battent leur plein", après deux ans consacrés notamment à la sécurisation de l'édifice. A l'intérieur, le nettoyage simultané des murs, des décors peints et des voûtes, d'une superficie de 42 000 m2, est bien "avancé", selon l'établissement public.

Restauration du grand orgue

La repose du grand orgue, nettoyé et restauré par trois ateliers en Corrèze, dans l'Hérault et le Vaucluse, a démarré. Ses 8 000 tuyaux seront remontés un par un. Il n'a pas été endommagé par les flammes, ni par l'eau utilisée par les pompiers mais a été recouvert de poussières de plomb.

Les vitraux des 39 baies hautes de la nef, du chœur et du transept, ainsi que les vitraux de la sacristie, ont eux aussi été nettoyés et restaurés. Depuis novembre et jusqu'à la fin de l'année, les maçons-tailleurs de pierre remontent progressivement les murs et voûtes effondrés. La réparation des charpentes médiévales est également en cours.

Cinq artistes-designers doivent présenter au diocèse un projet "cohérent" pour le mobilier liturgique, qui doit être rajeuni. Le lauréat sera connu cet été. L'archevêque de Paris, Mgr Laurent Ulrich, souhaite "un parcours pédagogique et spirituel" qui ne soit "pas l'équivalent d'un musée". Les experts du patrimoine ont donné leur feu vert à un axe central épuré et la présence d'art contemporain. Ils s'étaient opposés à des bancs dotés de lumignons, écartés aussi par Mgr Ulrich au profit de chaises.

Les abords de Notre-Dame, dont le réaménagement revient à la Ville de Paris, devraient gagner en épure et verdissement, avec un groupement de spécialistes sélectionné en juin, dont le paysagiste belge Bas Smets. 

Une information judiciaire est, par ailleurs, toujours en cours pour tenter de déterminer les causes de l'incendie, tandis qu'une juge enquête aussi sur la pollution au plomb. La ministre de la Culture, Rima Abdul Malak, a annoncé mardi 12 avril 2023 l'accélération d'un plan de sécurisation des cathédrales françaises, avec un investissement de 220 millions d'euros d'ici à fin 2023 pour restaurer et sécuriser 87 d'entre elles.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.