Notre-Dame : après l'incendie, une alerte à la pollution au plomb

Le monument doit faire face au défi de la pollution au plomb. Plus de 450 tonnes de métal étaient installées sur le toit et la flèche, et tout s'est répandu.

France 3

Près de 500 tonnes de plomb issues de la toiture et de la flèche de Notre-Dame de Paris ont été réduites en quelques heures à l'état de poussière. Selon des analyses de la préfecture de police, les jardins alentour restent pollués et sont fermés au public. Certains bureaux et logements sont également contaminés. "Les valeurs enregistrées mettent en évidence la présence de plomb dans certaines zones très localisées, notamment dans des locaux qui ont pu être laissés ouverts au moment de l'incendie", précise un rapport. Dimanche 28 avril, des équipes de nettoyage se sont rendues dans la préfecture. Il est recommandé aux riverains de faire le ménage avec des lingettes humides pour éliminer la poussière.

Inquiétude pour les ouvriers

Les intoxications au plomb sont liées à des expositions prolongées, il y a donc peu de risques pour les touristes. Certains s'inquiètent en revanche pour les ouvriers du chantier, comme Jacky Bonnemains, porte-parole de l'association Robin des Bois. La préfecture prévoit de mettre en place un dispositif de suivi pour toutes les personnes amenées à travailler dans le secteur.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vue de la cathédrale Notre-Dame de Paris depuis la Tour Saint-Jacques, le 26 avril 2019. 
Vue de la cathédrale Notre-Dame de Paris depuis la Tour Saint-Jacques, le 26 avril 2019.  (ERIC FEFERBERG / AFP)