Cet article date de plus de deux ans.

Le Pont du Gard reversera l'intégralité de ses recettes d'un week-end au profit de Notre-Dame de Paris

Le président du Pont du Gard dit vouloir aider à la restauration du patrimoine, "trace de nos civilisations", après l'incendie de la cathédrale parisienne lundi soir.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le Pont du Gard, le 14 octobre 2006. (PASCAL GUYOT / AFP)

Après l'incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris lundi soir, le président du Pont du Gard a décidé, mardi 16 avril, d'apporter sa pierre à la reconstruction du bâtiment, rapporte France Bleu Gard Lozère. Les 27 et 28 avril prochain, l'intégralité de la billetterie sera reversée à la fondation qui gère les dons et jusqu'à la fin de l'année, les visiteurs pourront également payer leur billet 1 euro de plus par solidarité. 

"Nous avons un point commun, c'est que les deux sites sont inscrits au patrimoine mondial de l'Humanité au travers de l'Unesco", explique le président du Pont du Gard Patrick Malavieille au micro de France Bleu Gard Lozère. "Il était complètement légitime que, devant cette situation extrêmement dramatique, nous apportions notre pierre à l'édifice, c'est le cas de le dire".

Nous avons en charge le Pont du Gard donc nous savons un petit peu ce que c'est que de travailler à la restauration et à la conservation du patrimoine. C'est une responsabilité énorme !

Patrick Malavieille

à France Bleu Gard Lozère

Des opérations de solidarité avaient déjà été lancées par le Pont du Gard pour Palmyre en Syrie, "notamment pour la reconstitution de manière numérique" ou les grands Bouddhas de Bâmiyân en Afghanistan, précise Patrick Malavieille.

Tout ce qui touche au patrimoine nous intéresse de près ou de loin non pas parce que nous voulons sauver des vieilles pierres pour des vieilles pierres mais parce que le patrimoine, c'est aussi la trace de nos civilisations et ça c'est important.

Patrick Malavieille

à France Bleu Gard Lozère

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.