Incendie de Notre-Dame de Paris : un "violent coup au cœur", déplore l'ancien maire Bertrand Delanoë

La célèbre cathédrale a en partie été détruite par le feu lundi 15 avril. L'ancien maire de la capitale Bertrand Delanoë a réagi sur franceinfo.

AFP

L'ancien maire de Paris Bertrand Delanoë a fait part, sur franceinfo lundi 15 avril, de son "violent coup au cœur", alors que la cathédrale de Notre-Dame de Paris était en proie aux flammes.

>> Suivez notre direct : DIRECT. Incendie de Notre-Dame de Paris : Emmanuel Macron partage l'"émotion de toute une nation" et se rend sur place

franceinfo : Quel est votre sentiment ce lundi soir ?

Bertrand Delanoë : Un violent coup au cœur et je suis sûr que c'est partagé par l'immensité des Parisiens, des catholiques et de tant de gens dans le monde entier. C'est un monument de beauté, de culture, de spiritualité, qui nous est légué par les générations précédentes. C'est une immense tristesse partagée. Il y a peut-être un peu de réconfort dans le fait que ce soit justement partagé, mais en même temps peut-être pouvons-nous trouver une résolution, une détermination, une volonté à faire vivre Notre-Dame de Paris.

Comment trouver cette volonté ?

D'abord nous sommes dans le malheur pour le moment et je ne sais pas la cause de cet incendie. Mais c'est peut-être tout simplement un accident lié aux travaux justement faits pour restaurer Notre-Dame de Paris. Donc attendons avant de savoir s'il y a des responsabilités ou pas. Puisque l'émotion est forte, qu'elle est unanime, est qu'elle est belle parce qu'elle est autour d'un lieu qui nous rassemble au-delà de nos opinions et nos convictions religieuses, et donc cela crée une détermination à faire en sorte que ce que nous avons reçu des générations précédentes puisse être promis aux générations futures. Donc oui, (il faut) reconstruire avec toutes les exigences que cela comporte de qualité et de moyens financiers. Mais je crois que c'est maintenant qu'il faut le dire pendant que l'émotion, que la sidération, que la tristesse est si sincère et si grande.

C'est une partie du patrimoine charnel des Parisiens et de toute la France qui est touchée ?

Ce (lundi) soir, je pense que les catholiques sont particulièrement blessés. N'oubliez pas que, pour les catholiques, nous sommes dans la semaine sainte à la veille de Pâques. Donc c'est quand même la maison des catholiques et la maison de l'humanité. Moi, j'y étais la semaine dernière pour un concert magnifique, La Passion selon Saint-Jean de Jean-Sébastien Bach, interprétée par la Maîtrise de Notre-Dame de Paris. Notre-Dame de Paris, c'est bien au-delà de la religion, c'est un lieu de culture et d'histoire et c'est quelque chose qui parle au monde entier au-delà des différences de religion, d'origine. Voilà pourquoi l'émotion, la tristesse, est pleinement répandue dans le monde entier. J'apprécie aussi non seulement l'attitude du président de la République, de la maire de Paris, mais aussi de la directrice générale de l'Unesco puisque Notre-Dame de Paris est classée au patrimoine mondial de l'humanité. Et j'espère que les concours vont être nombreux. Cela pourrait être un bon moment, après la tristesse, que la fédération des énergies et des intelligences, pour que vive Notre-Dame de Paris dans l'avenir, donc pour la reconstruire.

L\'ancien maire de Paris, Bertrand Delanoë, le 12 janvier 2018.
L'ancien maire de Paris, Bertrand Delanoë, le 12 janvier 2018. (ERIC FEFERBERG / AFP)