Incendie de la cathédrale de Nantes : le principal suspect avoue

Suite à l’incendie de la cathédrale de Nantes, en Loire-Atlantique, le samedi 18 juillet dernier, un bénévole du diocèse est mis en examen et placé en détention provisoire. L’homme de 39 ans a reconnu avoir été à l’origine des trois départs de feu.

France 3

L’incompréhension domine à Nantes, en Loire-Atlantique, après que l’un des bénévoles soit passé aux aveux. Les enquêteurs le soupçonnaient depuis l’incendie. Il s’agit d’un Rwandais de 39 ans qui avait les clefs de l’édifice. Ceux qui travaillaient avec lui ne cachent pas leur consternation, comme Jean-Yves Magnier, sacristain de la cathédrale : "Une grande tristesse et puis je ne comprends pas pourquoi il a fait ça, comme on dit vulgairement, il a pété un plomb".

Il demandait sa régularisation

L’homme a reconnu avoir allumé les trois feux dans la cathédrale, sur deux orgues et un panneau électrique. En tant que bénévole, il était chargé de fermer l’édifice la veille de l’incendie. Selon les membres du diocèse, ce sans-papier demandait depuis des mois sa régularisation, en vain. A-t-il agi par dépit ? C’est ce que les enquêteurs tentent de déterminer. Myriam N’Guenor, journaliste de France Télévision envoyée à Nantes ajoute : "Cet homme aurait été très coopératif selon son avocat. Ses motivations ne sont pas encore clairement établies". Selon son avocat, l’homme est aujourd’hui dépassé par son geste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers tentent d\'éteindre l\'incendie qui ravage la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes (Loire-Atlantique), le 18 juillet 2020.
Des policiers tentent d'éteindre l'incendie qui ravage la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes (Loire-Atlantique), le 18 juillet 2020. (SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP)