Notre-Dame de Paris "semblait immortelle et protégée, c'est un choc historique"

Camille Pascal, historien et ancien conseiller à la présidence de la République, est l'invité des "4 Vérités" mardi 16 avril.

France 2

Au lendemain de l'incendie de Notre-Dame de Paris, "le Français perd un symbole, l'esthète est très inquiet des dégâts et le catholique se dit qu'il n'y a pas pire Semaine sainte depuis l'Occupation que celle que nous vivons", commente mardi 16 avril l'historien Camille Pascal dans les "4 Vérités".

"La Semaine sainte représente l'entrée dans les ténèbres pour tous les catholiques. Vous avez le Christ outragé, le Christ flagellé, le Christ crucifié et Notre-Dame de Paris en flammes. Je suis en communion avec tous les catholiques", rajoute l'ancien conseiller à la présidence de la République.

Notre-Dame, "paratonnerre religieux"

"La France est un pays catholique. La France est une invention politique et théologique de l'Église qui a commencé avec le baptême de Clovis. Ce qui m'a fasciné lundi soir, c'est que des non croyants ont senti au plus profond d'eux-mêmes qu'ils étaient victimes d'une amputation. C'est une part de l'identité qui tient au spirituel", note Camille Pascal.

"C'est un choc. Rien n'était arrivé à cette cathédrale depuis 850 ans, à la guerre de Cent Ans, à la Révolution, à deux guerres mondiales... Elle semblait immortelle et protégée", rappelle l'historien.

Notre-Dame est un "musée vivant. Qu'en est-il des rosaces ou des vitraux ?, se demande-t-il. On a sauvé la couronne d'épines. Un symbole religieux qui a coûté un an de revenu du royaume de France" à Saint Louis pour l'acheter à l'empereur de Byzance. Camille Pascal appelle Mgr Aupetit, archevêque de Paris, à "montrer la couronne d'épines au public".

L\'historien Camille Pascal
L'historien Camille Pascal (France 2)