Lille : situation tendue entre des manifestants contre la statue de Louis Faidherbe et des militants d'extrême droite

A l'appel de l'association Survie Nord, 200 manifestants réclament le retrait de la statue de l'ancien administrateur colonial du Sénégal.

Une dizaine de militants d\'extrême droite se sont rassemblés devant la statue du général Faidherbe, à Lille,  samedi 20 juin 2020, pour s\'opposer aux manifestants qui réclament le retrait du monument.
Une dizaine de militants d'extrême droite se sont rassemblés devant la statue du général Faidherbe, à Lille,  samedi 20 juin 2020, pour s'opposer aux manifestants qui réclament le retrait du monument. (LOUISE THOMANN / RADIO FRANCE)

Environ 200 personnes manifestent samedi 20 juin à Lille (Nord) à l'appel de la campagne "Faidherbe doit tomber". Louis Léon César Faidherbe, né le 3 juin 1818 à Lille et mort le 28 septembre 1889 à Paris, est un militaire, un administrateur colonial, principalement du Sénégal, sa statue est située sur la place Richebé. Pour protester contre cette manifestation, des militants d'extrême droite se sont joints au rassemblement et encerclent la statue du général, rapporte samedi 20 juin France Bleu Nord. La situation sur place est tendue.

A l'appel de l'association Survie Nord, les manifestants réclament le retrait de la statue de l'ancien administrateur colonial du Sénégal. Cette action se tient dans la lignée de plusieurs rassemblements organisés aux Etats-Unis, au Royaume-Uni ou en Belgique, pour demander le "déboulonnage" de statues à l'effigie de personnages historiques de l'ère coloniale.

Des CRS présents près de la statue à Lille, samedi 20 juin 2020.
Des CRS présents près de la statue à Lille, samedi 20 juin 2020. (LOUISE THOMANN / RADIO FRANCE)

"Venez la faire tomber"

La statue Faidherbe est entourée d'un cordon de policiers, mais également d'une dizaine de militants d'extrême droite, qui se sont joints à la manifestation. Ils répondent aux slogans des manifestants de l'autre côté du trottoir, qui demandent à "faire tomber Faidherbe". Ils scandent notamment : "Venez la faire tomber" ou encore "on est chez nous".

Les forces de l'ordre se sont interposées entre des militants des deux camps qui se rapprochaient. Les policiers ont fait reculer les manifestants au niveau de la place de la République, les militants d'extrême droite ont été repoussés vers le centre-ville. Un militant anticolonialiste a été interpellé. Il y a quelques jours, c'est le buste du général de Gaulle de Hautmont, près de Maubeuge (Nord), qui avait été recouvert de peinture orange et tagué avec l'inscription "esclavagiste".