"L'Espadon", seul sous-marin à flot visitable en France, est en restauration : "On y va centimètre carré par centimètre carré"

Après sa rénovation, initiée au début de l’année 2021, le sous-marin, dont le service a pris fin en 1986, sera de nouveau visitable dès le 10 juillet à Saint-Nazaire.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
"L'Espadon" est soumis à un protocole de restauration au même titre qu’une sculpture ou un tableau. (ANNE CHÉPEAU / RADIO FRANCE)

Depuis son arrivée à Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique en 1986 après 25 années de service, le sous-marin L’Espadon, l'unique sous-marin à flot visitable en France, n’avait jamais fait l’objet d’un tel chantier. En restauration depuis le début de l'année 2021, cet objet de collection, qui appartient à l’Écomusée de Saint-Nazaire, se trouve à flot dans une ancienne écluse fortifiée par l’armée allemande pendant la Seconde guerre mondiale. Un milieu marin qui accélère les dégradations. Il y avait donc urgence.

La corrosion, le problème n°1 sur L'Espadon

"Nous sommes sur la passerelle qui surmonte le sous-marin et d'ici on voit très bien l'équipe d'intervention qui ont été faites sur la coque, décrit Typhaine Yvon, chef de projet pour L'Espadon. La corrosion était importante sur la coque externe et particulièrement sur les superstructures. La première opération a été de nettoyer le sous-marin et ensuite de traiter tous ces points de corrosion..." Certaines tôles de ce bâtiment de 77 m de long ont ainsi dû être remplacées. La corrosion est le problème n°1 sur L’Espadon et pas seulement sur la coque externe. À l’intérieur du sous-marin, elle se loge partout.

A l'intérieur de "L'Espadon", la corrosion est partout, jusque dans les moindres recoins. (ANNE CHÉPEAU / RADIO FRANCE)

"Sur les couchettes, qu'on appelle dans les sous-marins, les bannettes, il y a des sangles en cuir qui servaient à tenir le matelas ou des caisses de matériel, explique Agathe Doufils chargée des collections et de la conservation à l’Écomusée de Saint-Nazaire. La plupart ont été restaurée, desséchées, remises en forme, avec parfois de la corrosion sur les boucles, qui a été traitée par la restauratrice spécialisée en métal." Des restaurateurs agréés par le service des Musées de France interviennent sur L’Espadon. En tant qu’objet de collection, il est soumis à un protocole de restauration au même titre qu’une sculpture ou un tableau. À l’intérieur, les interventions sont multiples : il faut notamment entièrement dépoussiérer pour éviter le développement de moisissures, de micro-organismes qui accélèrent la dégradation.

L'intérieur du sous-marin a été entièrement dépoussiéré. (ANNE CHÉPEAU / RADIO FRANCE)

"Je suis, indique Jean-Baptiste Abraté, en train de faire dépoussiérer tous les tuyaux à l'aide de pinceaux secs pour enlever le plus gros. Puis on y va avec minutie à la brosse à dent ou au goupillon pour nettoyer plus en profondeur, centimètre carré par centimètre carré." Un travail colossal car des tuyaux et des câbles, il y en a partout à l’intérieur de L’Espadon. Ce chantier complexe va marquer une pause début juillet. Il reprendra en novembre. Coût de cette restauration : 450 000 euros financés par l’État, les collectivités et par une collecte de la Fondation du patrimoine qui a déjà permis de réunir 99 000 euros. Le sous-marin sera de nouveau visitable le 10 juillet.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Histoire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.