"Il n'est pas mort, il ne mourra jamais" : Alain Delon témoigne en exclusivité 50 ans après la disparition du général de Gaulle

Un an après son AVC dont il se remet toujours, Alain Delon a confié en exclusivité à Jacques Vendroux, consultant à Radio France, son admiration pour l'ancien président français.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Alain Delon, au Festival de Cannes, le 19 mai 2019. (VALERY HACHE / AFP)

Alain Delon a rendu hommage sur franceinfo au général de Gaulle, dont les célébrations du cinquantième anniversaire de la mort débuteront lundi 9 novembre à Colombey-les-Deux-Eglises (Haute-Marne). Un an après son AVC dont il se remet toujours, l'acteur a confié en exclusivité à Jacques Vendroux, consultant à Radio France, son admiration pour l'ancien président français : "Il n'est pas mort. Il ne mourra jamais. Il est dans mon coeur comme il l'a été durant des années", a-t-il déclaré.

Jacques Vendroux : Que représente le général de Gaulle pour vous ?

Alain Delon : Aujourd'hui, c'est mon anniversaire et demain, c'est l'anniversaire de sa mort. Mais pour moi, il n'est pas mort. Il ne mourra jamais. Il est dans mon coeur comme il l'a été durant des années. Pour moi, c'est un hommage, ce n'est pas l'anniversaire de sa mort.

Pourquoi vous aviez autant d'admiration pour lui ?

Il n'y a pas de réponse. Pourquoi ? Parce qu'il était ce qu'il était. Je l'admirais parce qu'il était le général de Gaulle et il méritait qu'on l'admire. C'est très drôle parce qu'il y a quelques jours, je remarquais dans les journaux qu'il y avait ceux qui l'admiraient et ceux qui le détestaient. Je ne comprends pas pourquoi on le détestait. Je ne peux pas l'oublier. Je suis trop près de lui. J'étais trop proche de lui ces derniers temps. Et puis de Gaulle, c'est de Gaulle. C'est comme cela et cela sera comme cela jusqu'à la fin.

L'avez-vous déjà rencontré ?

Je l'ai rencontré deux fois. Une fois à l'Élysée et une fois je ne sais plus où. Je me souviens très bien de lui parce que je lui disais toujours "Je suis très heureux de vous rencontrer". "Ah ! je suis très heureux de vous voir Alain Delon", me disait-il. Et moi je répondais comme un con, "Pas autant que moi mon général."

Il a été une sorte de référence pour vous ?

Il l'a été, il l'est toujours et il le sera toujours. Ma comparaison peut être audacieuse ou surprenante, mais ce sont des gens comme Napoléon. Cela ne s'oublie pas. On ne peut pas. C'est le général. C'était avant tout la grandeur de la France. La France ne serait pas la France, s'il n'y avait pas eu de Gaulle.

Saviez-vous qu'il vous admirait beaucoup ?

Non, je ne le savais pas.

Il aimait Louis de Funès et Alain Delon...

Bravo ! Cela me fait plaisir.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.