Histoire : Martha Desrumaux, porte-parole des ouvrières, communiste et résistante

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Les battantes : portrait de Martha Desrumaux, porte-parole des ouvrières, communiste et résistante
FRANCE 2
Article rédigé par
A. Guery, J-M. Lequertier, S. Ripaud - France 2
France Télévisions

Le journal de 13 Heures dresse le portrait de battantes, des femmes qui ont marqué leur époque mais dont on parle peu. Parmi elles, Martha Desrumaux, une figure du communisme français du XXe siècle qui a fait entendre la voix des ouvriers et des femmes. 

Elle était une ouvrière du textile. Martha Desrumaux est devenue la plus grande militante syndicale du début du XXe siècle. Elle fut aussi la voix du Front populaire. "Femmes du peuple de France. Travailleuses manuelles et intellectuelles, rassemblez-vous pour sauver votre foyer", exhortait-elle. Martha Desrumaux était aussi une voix de la Résistance que les nazis ont voulu faire taire. Cette battante est néanmoins tombée dans l'oubli. 

Déportée sous l'Occupation allemande

Son combat a pris racine à Comines (Nord), entourée d'usines textiles au XIXe siècle. Marthe Desrumaux, ouvrière dès l'âge de 10 ans, devient une jeune femme assoiffée de justice. En 1917, elle mène avec succès sa première grève pour des augmentations de salaire. En 1936, elle devient même une des grandes oratrices communistes du Front populaire. Sous l'Occupation allemande, elle est traquée puis déportée dans le camp de concentration de Ravensbrück (Allemagne) pendant quatre ans. Elle n'est libérée qu'en 1945. Jusqu'à la fin de sa vie, elle a lutté pour le droit des ouvrières et de leurs enfants, afin qu'ils accèdent à l'éducation. Elle s'est éteinte sans bruit en 1982. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Histoire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.