Guerre du Golfe : le capitaine Hummel, héros de l’opération Tempête du désert

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Guerre du Golfe : le capitaine Hummel, héros de l’opération Tempête du désert
FRANCE 3
Article rédigé par
J.-C. Batteria, N. Berthier, K. Annette - France 3
France Télévisions

Il y a trente ans, durant la guerre du Golfe, la France était engagée aux côtés des Américains contre l’armée de Saddam Hussein, dans le cadre de l’opération Tempête du désert. Au cœur de cette opération, 12 pilotes d’élite, dont le capitaine Hummel, qui a connu un destin exceptionnel à bord de son avion.

En 1991, en pleine guerre du Golfe, la France, aux côtés des Américains, se voit confier la plus périlleuse des missions sous mandat de l’ONU : déloger l’armée irakienne de l’aéroport de Koweit City (Koweit), que Saddam Hussein vient d’envahir. L’opération est baptisée Tempête du désert. Fin janvier, après des repérages photo, 12 jaguars quittent l’Arabie saoudite au petit matin. Le plan de vol de leurs pilotes : un passage à 1 000 km/heure à seulement dix mètres du sol, au beau milieu des tirs de missiles adverses.

40 minutes de vol dans un avion en feu

L’un d’eux, le capitaine Hummel, venait ce jour-là de fêter ses 27 ans. "C’était l’attaque d’un terrain militaire extrêmement défendu et forcément une mission très dangereuse. Il y a bien sûr eu beaucoup d’appréhension, au moment de rentrer dans l’avion, la concentration prend le pas et les gestes professionnels reprennent le dessus", se souvient Jean-François Hummel. Cependant, l’intensité de la riposte irakienne est terrible. Quatre avions sont touchés. Celui du capitaine est frappé par un missile. Après le choc, il reprend le contrôle à quelques mètres du sol. Son avion brûle, mais il décide de continuer à voler. Il parvient à tenir 40 minutes avant de rejoindre une base américaine. Sur la terre ferme, il surprend tout le monde avec son premier geste : sortir un énorme cigare de sa combinaison.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Histoire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.