Grande Guerre : à la poursuite du traité de Versailles

France 3 nous raconte l'histoire de la disparition du traité de Versailles. Le document original a été dérobé en 1940 par le régime nazi. Hitler voulait effacer cette preuve de l'humiliation de l'Allemagne.

FRANCE 3

En Touraine, le village de Saint-Patrice (Indre-et-Loire), avec son imposant château et son cèdre centenaire, est un village paisible. C'est dans ce cadre idyllique qu'a eu lieu le vol le plus secret de l'histoire. C'est un document majeur du XXe siècle qu'on a dérobé : le traité de Versailles, qui a mis fin à la Première Guerre mondiale. Le 28 juin 1919, le traité est signé dans la galerie des Glaces du château. L'Allemagne doit payer de lourdes réparations. L'ennemi est à genoux. Les représentants des grandes puissances alliées, avec Georges Clemenceau, savourent la victoire. La France conserve l'original du traité au Quai d'Orsay, à Paris. Mais vingt ans plus tard, tout va basculer avec la Seconde Guerre mondiale et le nouveau maître de l'Europe. Hitler veut à tout prix mettre la main sur le document, symbole du diktat subi par les Allemands. Face à cette menace, dès 1939, l'original quitte Paris pour être mis à l'abri dans un château de Saint-Patrice, en Touraine.

Hitler l'a-t-il personnellement consulté ?

Mais les nazis vont faire le coup de force, avec une opération minutieusement préparée. "Dans la nuit du 11 au 12 août 1940, le commando Künsberg, qui avait déjà opéré des vols d'archives diplomatiques en Belgique et aux Pays-Bas, vole le traité", raconte l'historien Vincent Laniol. Il faut maintenant transporter le trophée jusqu'à Berlin (Allemagne) pour l'offrir au Führer. Hitler l'a-t-il personnellement consulté ? Au service des archives allemandes, c'est encore aujourd'hui un mystère. L'original a disparu. Mais alors, que reste-t-il du traité ? À La Courneuve (Seine-Saint-Denis), le ministère des Affaires étrangères conserve la mémoire de notre diplomatie : 70 kilomètres linéaires d'archives, les accords signés par la France depuis cinq siècles. C'est ici que se trouve la seule trace du traité de Versailles, à savoir l'acte juridique de sa ratification. Pendant la guerre, l'exemplaire a été mis à l'abri aux États-Unis. C'est ce qui l'a sauvé des Allemands.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président du Conseil français, Georges Clémenceau, signe le traité mettant fin à la Première guerre mondiale le 28 juin 1919 dans la galerie des Glaces au château de Versailles.
Le président du Conseil français, Georges Clémenceau, signe le traité mettant fin à la Première guerre mondiale le 28 juin 1919 dans la galerie des Glaces au château de Versailles. (AFP - ARCHIVES SNARK)