Bordeaux rend hommage à Sousa Mendes, consul du Portugal, qui permit à des milliers de personnes d’échapper aux nazis

En juin 1940, Aristides de Sousa Mendes, consul du Portugal à Bordeaux, désobéit à son pays et sauve plusieurs dizaines de milliers de personnes, dont beaucoup de Juifs, en leur délivrant des visas pour le Portugal. Le musée d’Aquitaine lui rend hommage avec une exposition à découvrir jusqu’au 2 octobre 2022.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Aristides de de Sousa Mendes (1885-1954) (CAPTURE D'ÉCRAN FRANCE 3 / C. BOUVET)

Aristides de Sousa Mendes, diplomate portugais, est en poste à Bordeaux en juin 1940. Le diplomate assiste à la fuite de milliers de civils européens qui tentent de rejoindre le sud de l’Europe, et notamment le Portugal, pour échapper aux nazis et tenter d’embarquer vers les États-Unis, le Canada ou l’Amérique du Sud. Face à cet afflux de réfugiés, dont de nombreuses familles juives, il décide de désobéir aux consignes de la dictature de Salazar et de délivrer des milliers de visas pour son pays. Plus de trente-mille. Et autant de vies sauvées. 

Un courage qui impressionne toujours son petit-fils, Gérald de Sousa Mendes, présent aux Beaux-Arts de Bordeaux pour le vernissage de l’exposition O Candelabro. Aristides de Sousa Mendes, un consul en résistance consacrée à son grand-père entré en résistance par humanité : "C’est une grande fierté, d’autant plus que l’on sait qu’aujourd’hui, il y a des millions de réfugiés de guerre en Europe. On parle de l’Ukraine, mais il y a aussi ceux qui viennent de Syrie, et d’ailleurs, et qui sont victimes du racisme, de l’indifférence. Donc, l’histoire doit servir à rappeler les leçons, et si cela peut inspirer des hommes et des femmes courageux, qui peuvent faire la différence, et bien tant mieux, c’est ce qui est important."

FTR

"Juste parmi les nations"

Parmi les premiers visiteurs, une femme est particulièrement émue. Elle arrive de New York, spécialement pour découvrir cette exposition consacrée à cet homme sans qui elle ne se serait sans doute pas là. Exposée dans une vitrine de verre : l’étoile jaune que portait sa grand-mère. "Mon père vient d’une ville en Pologne où seulement 4% des Juifs ont survécu. 4% ! Aristides de Sousa Mendes est la personne qui a rendu possible ma vie ; et j’ai deux sœurs, un frère, j’ai deux fils et beaucoup de nièces et de neveux", raconte Leah Rozenfeld Sills, également membre de la Sousa Mendes Foundation.

Le 8 juillet 1940, Sousa Mendes est démis de ses fonctions sur ordre de Salazar et rentre à Lisbonne où il est traduit devant le Conseil de discipline, accusé de désobéissance, préméditation, récidive et cumul d'infractions. Il meurt en 1954, endetté et loin de ses quatorze enfants. Nommé "Juste parmi les nations" par le Mémorial de Yad Vashem en Israël en 1966, Aristides de Sousa Mendes sera réhabilité par son pays en 1986, décoré à titre posthume par le président de la République portugaise Mário Soares avec "l'Ordre de la liberté" au grade d'officier, et sa famille recevra des excuses publiques. Il est entré au Panthéon portugais le 19 octobre 2021.    

O Candelabro. Aristides de Sousa Mendes, un consul en résistance - jusqu'au 2 octobre 2022 - Musée et Galerie des Beaux-Arts de Bordeaux - Informations sur le site du musée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Histoire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.