Cet article date de plus d'un an.

A Strasbourg, des premiers pavés scellés au sol en mémoire des victimes du nazisme

L'objectif est que d'ici plusieurs années Strasbourg compte des "Stolpersteine" pour chacun des 850 Juifs de la ville déportés et tués par le régime nazi

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une rose est déposée près d'une "Stolpersteine", un pavé de laiton rendant hommage aux victimes du nazisme, le 27 janvier 2019 à Berlin (Allemagne). (ODD ANDERSEN / AFP)

Un travail de mémoire en période de résurgence d'actes antisémitesVingt premiers "Stolpersteine", des pavés de laiton rendant hommage individuellement aux victimes du nazisme, ont été scellés mercredi 1er mai dans les trottoirs de Strasbourg. A gauche de la porte d'entrée du 19 boulevard Clemenceau, quatre pavés dorés de 10 centimètres de côté viennent fraîchement d'être incrustés dans le trottoir, comme le montre sur Twitter le député LREM du Bas-Rhin.

Chacun décline l'histoire d'une vie terminée prématurément pendant la Seconde Guerre mondiale. "Ici habitait Lucie Brunschwig, née Meyer, née 1892, internée Drancy, déportée 1944 Auschwitz, assassinée 20.05.1944" est gravé sur l'un d'entre eux.

"Reveiller la mémoire"

Imaginé en 1992 par Gunter Demnig, le concept de "Stolperstein", littéralement "pierre sur laquelle on trébuche" en allemand, consiste à rappeler le destin des victimes du nazisme en faisant "buter" le regard des passants sur ces pavés de béton recouverts de laiton et gravés à la main. 

L'objectif est que d'ici plusieurs années Strasbourg compte des "Stolpersteine" pour chacun des 850 Juifs de la ville déportés et tués par le régime nazi, a expliqué Fabienne Regard, présidente de l'association Stolpersteine67 qui porte le projet à Strasbourg. "C'est l'idée qu'il faut réveiller la mémoire, ne pas se laisser endormir et qu'il faut trébucher pour se souvenir de ce qu'il s'est passé et éviter que cela ne se reproduise", a estimé le maire de Strasbourg, Roland Ries.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.