Covid-19 : Roselyne Bachelot assure que les musées et monuments seront les premiers à rouvrir, dès la "décrue"

Les salles de cinéma, de concert et les théâtres resteront en revanche fermés jusqu'à nouvel ordre.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La ministre de la Culture Roselyne Bachelot, ici le 16 décembre 2020. (CHESNOT / GETTY IMAGES EUROPE)

Les musées et les monuments seront les premiers à rouvrir "quand nous aurons une décrue" du nombre de personnes contaminée par le Covid-19, a déclaré lundi 8 février la ministre de la Culture Roselyne Bachelot sur BFM-TV, précisant que "nous n'en sommes pas là sur les salles de cinéma et de spectacles".

Des dates variables selon les musées et monuments

"J'ai toujours dit que dans ce calendrier, musées et monuments seraient les premiers convoqués à la réouverture", "quand nous aurons une décrue", a dit la ministre. "Je comprends les gens qui me demandent des dates. Dès qu'il y a une possibilité, nous le faisons".

"Un musée, ça ne s'ouvre pas comme on allume la lumière dans une pièce", a précisé la ministre. "Les directeurs nous ont dit qu'il fallait un délai entre trois jours pour les plus rapides et de quinze jours à trois semaines si l'on respecte (...) un certain nombre de procédures".

"Donc si on a une visibilité de trois à quatre jours, ce n'est pas possible. Il nous faut une visibilité sur une quinzaine de jours", a ajouté Roselyne Bachelot.

La ministre de la Culture réunit ce matin "les différents responsables de ces structures (les musées: ndlr), qui sont très diverses", puisqu'elles comptent des établissements publics, des musées municipaux, des musées privés, "qui ont des caractéristiques différentes pour la réouverture", a-t-elle indiqué. Cette réunion se tiendra avec le ministre de la Santé Olivier Véran.

L'appel de l'infectiologue Eric Caumes

Dimanche, l'infectiologue Eric Caumes a plaidé en faveur de la réouverture des lieux culturels et sportifs, "sinistrés" à cause de l'épidémie de Covid-19, au nom de la santé psychique des Français qui "tombent dans la sinistrose".

"Je pense qu'il faut vraiment relancer tout ça parce qu'on tombe tous dans la sinistrose, on se transforme en zombies, sans culture, sans loisirs autres que ceux qu'on a chez soi, sans sport", a déclaré le chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l'Hôpital de la Pitié Salpêtrière sur BFM-TV.

L'appel  des journaux d'art à la réouverture

Les directeurs des principales revues d'art françaises en ont appelé dimanche au président Emmanuel Macron, dans une lettre ouverte, pour demander une réouverture "au plus vite" des musées fermés du fait de l'épidémie de Covid-19. "Nous vous demandons de les rouvrir au plus vite pour que les enfants qui sont actuellement en vacances ou vont l'être prochainement puissent aller à la rencontre d'oeuvres d'art autrement que sur un écran", demandent ces directeurs de onze revues d'art.

Ils emboîtent le pas à des centaines d'acteurs du monde de l'art, qui, dans deux pétitions à la ministre de la Culture Roselyne Bachelot la semaine dernière, ont demandé une réouverture rapide même partielle, et avec des jauges renforcées. "Les protocoles sanitaires, mis en place en mai dernier, sont de nature à éviter la contamination entre visiteurs", estiment-ils, suggérant "d'ouvrir ces lieux a minima en semaine avec une fermeture à 18 heures". "Nos voisins italiens et espagnols l'ont fait avant nous", notent les signataires.

Ils reconnaissent que "le risque" existe de "mécontenter les théâtres et cinémas qui souffrent tout autant". "Profitons de la réouverture de ces sites (muséaux) pour mesurer l'impact sur le nombre de nouveaux cas de contamination. Si, comme nous le pensons, il n'y a pas de conséquences négatives, cela permettra aux théâtres et cinémas d'accueillir eux aussi à nouveau leur public, quelques semaines après", argumentent les directeurs de revues d'art.

"De nombreux sites patrimoniaux privés n'ont comme recettes que celles de leur billetterie" et les musées font "travailler artistes, médiateurs, guides conférenciers, scénographes, commissaires d'exposition, agences de communication, étudiants-stagiaires, critiques d'art, journaux et revues d'art", relèvent-ils.

Roselyne Bachelot doit avoir une réunion de travail lundi via internet avec les professionnels du secteur. Ceux-ci font valoir que les musées ont des espaces surveillés par des gardiens où les visiteurs se déplacent sans former d'attroupements susceptibles de devenir des clusters.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.