Chemins de traverse : le monastère de Brou, un "Taj Mahal" à la française

France 2 vous emmène à Bourg-en-Bresse (Ain), à la découverte du monastère royal de Brou. Un monument gothique érigé en l'honneur d'un amour fusionnel entre deux êtres.

France 2

Avec son allure flamboyante, c'est l'un des joyaux du département de l'Ain. À l'origine, Brou n'est qu'un modeste prieuré métamorphosé en chef-d'oeuvre de l'art gothique par la volonté d'une princesse du XVIe siècle, Marguerite d'Autriche, qui voulut bâtir bien plus qu'un monastère et une église. "Nous avons dans la neuf à peu près 22 mètres sous la voûte, et il y a un contraste très fort entre le dépouillement de la nef et le décor, très riche à l'intérieur du chœur", explique Pierre-Gilles Girault, administrateur du monastère royal de Brou (Ain).

"C'est un lieu marqué par l'amour"

Le chœur est un mausolée de marbre et d’albâtre aux décors élégants. Marguerite d'Autriche dépense sans compter. Veuve inconsolable à l'âge de 24 ans, elle consacre sa vie à la construction de Brou pour y enterrer son époux Philibert Le Beau, mort prématurément. "C'est un peu un Taj Mahal à la française. C'est un lieu marqué par l'amour, qui exalte et qui célèbre à perpétuité l'union des époux, qui se trouvent réunis dans le caveau situé sous le chœur", précise Pierre-Gilles Girault.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le monastère de Brou, à Bourg-en-Bresse (Ain), en aôut 2018
Le monastère de Brou, à Bourg-en-Bresse (Ain), en aôut 2018 (LANSARD GILLES / HEMIS.FR / HEMIS.FR / AFP)