Arts d'Asie : le Musée Cernuschi rouvre avec un parcours permanent sublimé

Le musée des arts de l'Asie de Paris a rouvert après neuf mois de travaux. 

Le grand Bouddha trône dans une des plus belles salles du musée Cernuschi à Paris. 
Le grand Bouddha trône dans une des plus belles salles du musée Cernuschi à Paris.  (Manon Botticelli - Franceinfo Culture)

Au sommet d'escaliers tapissés de velour rouge, un gros tigre observe l'ascension des visiteurs de ses yeux dorés. Mais pas de panique, la bête est en bois laqué. Il s'agit d'une des pièces phares de la collection d'Henri Cernuschi, une sculpture qui aurait appartenu à l'actrice Sarah Bernhardt. Cette oeuvre restaurée est à contempler au musée Cernuschi qui a rouvert après neuf mois de travaux.

Cet établissement spécialisé dans l'art d'Asie orientale, particulièrement de Chine, a bénéficié du plan de rénovation engagé par Paris Musées (Musée de la Libération de Paris, maison de Balzac...). Résultat : un nouveau parcours permanent axé sur la pédagogie, mettant en valeur une collection artistique et archéologique d'une grande richesse, présentée dans l'écrin d'un hôtel particulier du XIXe siècle.

Facade du musée Cernuschi. 
Facade du musée Cernuschi.  (PIERRE ANTOINE)

Le musée est fondé par Henri Cernuschi (1821-1896), banquier et collectionneur passionné d'art asiatique. Le bâtiment qui l'abrite, situé aux abords du parc Monceau à Paris, a été construit sur mesure pour accueillir les œuvres que Cernuschi rapporte de ses voyages. Une maison-musée où de nombreux artistes, comme Gustave Moreau et le céramiste Théodore Deck, trouvent l'inspiration. A sa mort, Henri Cernuschi lègue sa collection à la Ville de Paris.

"Une identité contemporaine"

Depuis, la collection s'est enrichie pour atteindre 15 000 pièces, dont 430 étaient exposées. La rénovation a permis d'étendre ce chiffre à 650 avec l'installation de nouvelles vitrines, tout en repensant le parcours d'exposition."Nous espérons piquer la curiosité du public avec ces nouvelles œuvres, mais aussi les faire découvrir sous une lumière nouvelle, grâce à une meilleure contextualisation", commente Eric Lefebvre, directeur du musée. Le parcours chronologique, ponctué de zooms thématiques (art funéraire, art bouddhique ...), embrasse l'histoire de la Chine de la préhistoire au XXIe siècle. Des bornes interactives ont été installées pour des approfondissements sur certaines oeuvres. 

Vase you dit « la Tigresse » Bronze XIe siècle av. J.-C. H.35,2 cm × L.23,6 cm × P.23,3 cm M.C. 6155 Achat, 1920
Vase you dit « la Tigresse » Bronze XIe siècle av. J.-C. H.35,2 cm × L.23,6 cm × P.23,3 cm M.C. 6155 Achat, 1920 (Paris Musées / Musée Cernuschi. Photo Stéphane Piera)

Des vitrines "grand angle" mettent en perspective les pièces chinoises avec d'autres aires culturelles d'Asie orientale. Les salles ont été repeintes en rouge et bleu pour assurer une cohérence visuelle tout au long du parcours. "Je souhaitais que le musée trouve une identité contemporaine avec un dessin minimaliste, pour que rien ne perturbe la lecture des œuvres", explique Maciej Fiszer, qui a travaillé sur la scénographie. Une opération qui n'entrave pas le charme du bâtiment historique.

Dans une grande salle, un spectaculaire Buddha Amida trône sur un socle gris. La pièce a été totalement réagencée autour de cette sculpture. "Le buddha avait un dossier noir brillant qu'on a enlevé. On a rhabillé le socle très simplement pour que cette pièce respire", développe le scénographe. Clou de la visite, une salle climatisée dédiée aux arts graphiques permet de présenter des œuvres fragiles (éventails, rouleaux de papier de soie, peintures) et bénéficiera d'une rotation quatre fois par an.

Nouvelle salle des peintures du musée
Nouvelle salle des peintures du musée (dUCKS scéno)

Musée Cernuschi
7 Avenue Velasquez, 75008 Paris
Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h
L'entrée des collections permanentes du musée est gratuite