Paris : un appel aux dons pour restaurer un squelette de mammouth "très grand et en mauvais état"

Le Muséum national d’Histoire naturelle de Paris fait appel au financement participatif pour réparer un squelette découvert dans le Gard en 1869. L'institution a besoin de 400 000 euros.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La galerie de paléontologie que le Muséum national d'histoire naturelle de Paris prévoit de rénover. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Le Muséum d’Histoire naturelle de Paris appelle aux dons pour restaurer l’un des plus grands spécimens de squelette de mammouth au monde, le mammouth de Durfort. Il présente "un intérêt scientifique, patrimonial et pédagogique fort, il est donc primordial de le préserver", selon le Muséum. "Au total, nous avons besoin de 400 000 euros", a expliqué sur franceinfo, mardi 10 novembre, Bruno David, président du Muséum national d'histoire naturelle.

franceinfo : De combien avez-vous besoin pour cette restauration ?

Bruno David : Au total, nous avons besoin de 400 000 euros. Cela paraît une somme énorme mais très peu d'entreprises sont capables de faire ça. C'est un très, très grand squelette mais il est en assez mauvais état et on a un besoin impérieux de le rénover pour pouvoir le préserver. Donc on a besoin de ces 400 000 euros et c'est pour ça qu'on fait appel à ce financement participatif. On n'a pas les moyens de le faire tout seul et on espère que le public va répondre nombreux.

C'est une manière de tisser des liens avec le public et de montrer un processus de rénovation que l'on fera in situ dans la galerie de paléontologie. Le public pourra voir la rénovation se faire partiellement.

Bruno David

à franceinfo

On souhaite associer certains donateurs plus importants. Ils auront la possibilité d'avoir leur nom gravé virtuellement sur un os, je dis bien virtuellement. Cela permettra d'avoir une sorte de lien affectif entre ce magnifique mammouth et les gens qui vont nous aider.

Que faut-il faire pour rénover ce squelette ?

Les squelettes finissent par s'abimer, celui-là a été découvert en 1869 donc il y a longtemps. Il est arrivé au Muséum en 1872, cela fait en gros 150 ans qu'il est là et il se détériore progressivement. Nous avons à terme un projet de rénovation complète de la galerie de paléontologie et pour cela il faut qu'on rénove les squelettes pour pouvoir les démonter en toute sécurité et les remonter quand la galerie sera rénovée complètement. On retrouvera ce squelette encore plus joli qu'il l'est aujourd'hui, c'est une opération qui va durer entre six mois et un an et ensuite on enchaînera sur la rénovation d'autres squelettes.

D'où vient ce squelette ?

Il a été découvert en 1869 dans le Gard, un peu par hasard. Ce sont des gens qui passaient le long d'une route lors d'une rénovation et qui voient un truc qui sort du fossé. Ils se demandent ce que c'est, ils font demi-tour, s'arrêtent, regardent et s'aperçoivent que c'est une défense de mammouth. On a commencé à fouiller et le propriétaire du terrain a demandé de l'argent pour les fouilles. On a trouvé d'autres mammouths, des hippopotames, et d'autres choses. C'est un gisement fantastique et ce mammouth en est l'emblème le plus magnifique.

Il vivait il y a à peu près deux millions d'années et devait peser à peu près 10 tonnes de son vivant.

Bruno David

à franceinfo

C'est vraiment l'espèce la plus volumineuse, il était moins poilu que ceux de Sibérie qui étaient plus petits.

Peut-on participer avec n'importe quel budget ?

Cela commence à 5 euros et après cela fini par des dons totalement libres. Si vous voulez donner 300 000 euros, je n'ai aucune objection. Je dis ça avec le sourire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.