Marbres du Parthénon : Boris Johnson revendique des sculptures "légalement acquises" alors qu'Athènes continue à dénoncer leur "vol"

Les marbres du Parthénon, ou marbres Elgin, sont l'une des pièces phares du British Museum. Acquises sous l'empire Ottoman, Athène réclame "un retour définitif des marbres dans leur patrie". 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Sculptures du Parthénon exposées au sein du  British Museum.  (NICOLAS ECONOMOU / NURPHOTO)

Les frises du célèbre temple antique du Parthénon à Athènes que la Grèce réclame depuis des décennies au Royaume-Uni "ont été légalement acquises" et appartiennent au British Museum, a affirmé le Premier ministre britannique Boris Johnson, dans un entretien publié vendredi 12 mars par le quotidien grec Ta Nea.

Ce nouveau refus de Londres intervient alors que la Grèce célèbre dans deux semaines le bicentenaire de son indépendance, le 25 mars 1821. Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis avait officiellement demandé le prêt des frises du Parthénon à cette occasion.

"Sculptures légalement acquises"

Le locataire de Downing Street, qui passe régulièrement ses vacances en Grèce, dans la maison de son père, a dit "comprendre les sentiments forts des Grecs et du Premier ministre Kyriakos Mitsotakis sur ce problème".

Mais il n'a laissé aucun espoir au rapatriement de ces frises antiques détachées du Parthénon et expédiées à Londres au début du XIXe siècle par le diplomate britannique Lord Elgin. "Le gouvernement britannique a une position ferme depuis longtemps sur ces sculptures : elles ont été acquises légalement par Lord Elgin, conformément aux lois en vigueur à l'époque. Les commissaires du British Museum en sont légalement propriétaires depuis que (les frises) sont entrées en leur possession", a déclaré Boris Johnson sans équivoque.

Londres a toujours refusé de restituer ces sculptures, également connues sous le nom de marbres d'Elgin, l'une des pièces maîtresses du British Museum. Les autorités britanniques arguent que les frises avaient été emportées avec l'autorisation des dirigeants ottomans, qui occupaient la Grèce à l'époque, mais Athènes estime qu'il s'agit d'un "vol".

"Pillage"

Selon le journal Ta Nea, c'est la première fois que Boris Johnson s'exprime sur cette controverse en tant que Premier ministre. Il l'avait évoquée, il y a sept ans, en tant que maire de Londres, lors d'une altercation avec le comédien américain George Clooney qui réclamait le retour des sculptures à Athènes.

Soutenue par de nombreuses personnalités à travers le monde, Athènes a toujours souhaité opter pour la voie diplomatique, plutôt que d'introduire une action en justice. Elle a proposé une médiation de l'Unesco, l'institution de l'ONU chargée de la culture et de l'éducation, une offre rejetée par le British Museum.

La ministre grecque de la Culture Lina Mendoni a réaffirmé en mai 2020 "la demande incessante" d'Athènes "d'un retour définitif des marbres dans leur patrie", estimant que ceux-ci avaient été l'objet "d'un pillage". Le musée de l'Acropole a réservé une place spéciale pour les frises du Parthénon dans l'attente de leur retour. Actuellement seule une réplique est présentée dans le musée érigé sur 15 000 m2 depuis 2009 au pied du rocher sacré, l'un des sites du Ve siècle avant notre ère, les plus visités au monde.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Archéologie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.