L'étude du mystérieux fossile d'un Falcatakely, un "toucan à dents de lapin" du Mésozoïque, interroge les paléontologues

Le fossile d'une créature ressemblant à un "toucan avec des dents de lapin", ayant vécu il y a 68 millions d'années, illustre la diversité des espèces d'oiseaux contemporains des dinosaures.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Photographie et scanner du Falcatakely forsterae fossilisé dévoilé par l'université de l'Ohio le 25 novembre 2020 (BEN SIEGEL / OHIO UNIVERSITY)

Avec moins de neuf centimètres de long, le crâne délicat de l'oiseau baptisé Falcatakely forsterae par les scientifiques, aurait pu passer inaperçu. Il a bien failli l'être, jusqu'à ce qu'une analyse au scanner le sorte de l'anonymat d'un dépôt de fossiles. Parce que son grand bec courbé ne ressemble pas seulement à celui d'un des volatiles contemporains les plus populaires, le toucan, mais surtout à rien qu'on ne connaisse à l'époque de son existence.

Un fossile précieux et fragile

Les oiseaux du Mésozoïque, une ère géologique s'étendant entre 250 et 65 millions d'années, avaient "un museau sans spécialisation particulière", explique Patrick O'Connor, auteur de l'étude publiée mercredi 25 novembre dans la revue Nature communications"Falcatakely change complètement la donne, avec un bec haut et long, inconnu au Mésozoïque", a ajouté le professeur d'anatomie et neurosciences à l'Université américaine de l'Ohio.

Photographie et scanner du Falcatakely forsterae fossilisé dévoilé par l'université de l'Ohio le 25 novembre 2020 (BEN SIEGEL / OHIO UNIVERSITY)

L'étude de son crâne est porteuse d'autres surprises. "Bien que l'apparence de sa face soit similaire à celle des oiseaux modernes comme le toucan, son squelette ressemble beaucoup plus à celui de dinosaures théropodes non-aviaires, comme Deinonychus et Velociraptor", a dit le Professeur Patrick O'Connor.

Le fossile a été découvert en 2010 dans le nord-ouest de Madagascar. Il a fallu sept ans avant que des scientifiques se penchent sur son cas. Avec une complication majeure, le bec et le crâne étant trop fragiles pour être extirpés de leur gangue de roche. L'équipe a contourné le problème en "disséquant virtuellement" les os pour en produire un modèle numérique, utilisé en suite avec une imprimante 3D pour en fabriquer un exemplaire comparable à d'autres spécimens.

"Un profil presque comique"

Ils ont identifié alors un animal improbable, selon Daniel Field, du département des sciences de la Terre à Cambridge, qui a revu l'étude pour Nature. Son bec n'avait pas seulement une forme inattendue, mais était muni d'au moins une dent, laissant penser qu'il pouvait en avoir eu d'autres. "Ces caractéristiques donnent à Falcatakely un profil presque comique... imaginez une créature ressemblant à un petit toucan doté de dents de lapin", a-t-il écrit. 

Aucune des 200 espèces d'oiseaux répertoriées pour cette période "n'a un crâne ressemblant en quoi que ce soit à Falcatakely", selon lui. Pour le Professeur, cette découverte illustre notre grande ignorance sur les oiseaux qui vivaient à l'époque des dinosaures. "Nous ne savons presque rien sur l'évolution aviaire pendant une période dépassant 50 millions d'années", avoue ce dernier. Il est rare de découvrir des fossiles de ces temps anciens, la fragilité de leur squelette a empêché leur bonne préservation.

L'équipe qui a découvert Falcatakely continue ses recherches à Madagascar et le Professeur Patrick O'Connor espère découvrir à quoi pouvait servir son bec. "Etait-ce pour mâcher les aliments ? Attraper des proies ? Etait-il utilisé comme signal pour d'autres membres de l'espèce ? Il reste encore beaucoup de questions", a-t-il conclu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.